La virtualisation s’étend au sein des clones d’OpenSolaris

LogicielsVirtualisation

KVM devient disponible sous OpenIndiana, un dérivé d’OpenSolaris basé sur le kernel Illumos. Dans un autre registre, Joyent adopte plus largement les spécificités de SmartOS au sein de son cloud.

Suite à l’abandon du projet OpenSolaris par Oracle, les utilisateurs se sont vus contraints de migrer vers d’autres projets, comme Nexenta ou OpenIndiana. Fin août, Joyent lançait SmartOS, un système d’exploitation cloud basé sur le noyau Illumos, un dérivé de celui utilisé au sein d’OpenSolaris. La participation de la firme au développement de ce kernel se concrétisait par une adaptation de l’hyperviseur KVM.

Ces travaux profitent aujourd’hui à OpenIndiana 151a, qui adopte dorénavant le noyau Illumos. L’environnement de bureau reste toujours GNOME. De nombreux logiciels classiques du monde open source sont de la partie, comme OpenOffice.org, Firefox, Thunderbird, VLC, MPlayer, Wine, etc. OpenIndiana 151a est accessible en moutures x86 32 bits et 64 bits depuis cette page web.

Linux et Windows dans le cloud de Joyent
L’inclusion de KVM au sein du noyau Illumos a également d’autres retombées. Joyent permet ainsi maintenant à ses clients de lancer des machines virtuelles Windows et Linux au sein de son service Joyent Cloud. Une évolution logique, puisque cette offre est basée sur SmartOS.

Des outils d’analyse DTrace sont également ajoutés à cette solution. La firme exploite ainsi au maximum les possibilités du noyau Illumos.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur