L’abandon de Windows XP s’accélère

Régulations

La part du système d’exploitation Windows XP s’installe en dessous des 50% et accélère sa chute, au profit de Windows 7.

46,5 %, ce sont les parts de marché de Windows XP constatées en décembre 2011 par Net Applications (à partir des OS des internautes, 160 millions de visiteurs uniques audités sur 40.000 sites web). Au cours des quatre derniers mois de l’année, l’OS a perdu 5,9 % de parts de marché, et 11 % d’une année sur l’autre. Le constat est sans appel ; le recul de Windows XP s’accélère, au rythme moyen de 2,5 % au cours des derniers mois.

Ce repli n’a rien d’étonnant. Tout d’abord, voilà longtemps que Windows XP n’est plus le fer de lance de Microsoft. Le décevant Windows 2000, puis la rupture Windows Vista, Windows 7 et bientôt Windows 8 lui ont succédé. Le parc des PC sous XP est également vieillissant et remplacé régulièrement par des PC plus récents dont l’architecture réclame Windows 7. Seule la crise économique avait redonné un peu de vigueur à XP, un OS stable, mais plus trop dans le coup. Et c’est Microsoft lui même qui lui a donné le coup de grâce en confirmant la fin du support de son OS.

Les clients de Microsoft ont donc bien compris le message porté par l’éditeur. Dès juillet, Microsoft fixait la fin du support de XP à avril 2014. En septembre, il fêtait l’anniversaire des 10 ans du lancement de XP, un âge pour le moins respectable pour un OS. Et depuis longtemps déjà, l’équipe d’Internet Explorer enfonçait le clou en indiquant qu’IE9 ne supportait pas XP et qu’IE10 serait plutôt dédié à Windows 8.

Un retrait au profit de Windows 7

Sans surprise, le retrait de Windows XP profite à Windows 7, dont le rythme d’adoption s’accélère plus rapidement encore. Si au cours des quatre derniers mois de 2011 XP a perdu 5,9 % de parts de marché, Windows 7 en a gagné 6,4 % pour atteindre 37 %. En revanche, cet écart de gain demeure dans la famille Microsoft, il est gagné non sur des OS concurrents (Mac OS X et Linux), mais sur Windows Vista.

Selon Net Applications, et si le rythme du retrait se maintient (ce que rien ne permet de contredire, généralement le mois de janvier est même un accélérateur de tendance sur les OS), la bascule aura lieu en avril prochain, Windows 7 dépassera alors XP. Selon ces mêmes projections, il faudra attendre octobre pour que la part de Windows 7 dépasse les 50 %. Au même moment, Microsoft devrait annoncer la disponibilité de Windows 8. Pour la fin 2012, la part de Windows 8 ne devrait cependant pas dépasser les 0,05 % !

Une inconnue, les tablettes

Une inconnue demeure, à laquelle Net Applications n’apporte pas (encore…) de réponse : les tablettes. Certes, leur usage peut encore être qualifié de marginal, même s’il s’en consomme des millions, et assimilable par certains analystes à des smartphones. Pourtant, ce n’est pas le marché des téléphones « intelligents » qui est visé par les tablettes, mais celui des netbooks, ces PC portables d’entrée de gamme dédiés à la mobilité et à internet. D’ailleurs, avec la montée des iPad sous iOS et des tablettes sous Android, ce sont bien les netbooks sous Windows 7 qui souffrent. Les prochaines analyses devront prendre en compte ces nouveaux OS, et les statistiques pourraient bien afficher des surprises.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur