L’accord d’itinérance Orange-Free a préservé le secteur des télécoms

Réseaux
Stéphane Richard

Stéphane Richard estime que, sans l’accord d’itinérance 3G signé avec Orange, Free Mobile aurait fixé des prix encore plus bas. Et réfute d’analyse de l’Arcep sur l’impact limité de Free Mobile.

« Le régulateur a dressé un tableau idyllique du secteur en 2012. La réalité est bien différente. » Stéphane Richard ne partage pas vraiment l’analyse que l’Arcep (Autorité de régulation des communications électroniques et des postes) a faite du marché français des télécoms en 2012.

Alors que le régulateur minimise l’impact de l’arrivée de Free Mobile, le PDG d’Orange-France Télécom estime au contraire que, dans une interview au Figaro, « les trois acteurs existants ont subi un choc de marché d’une violence inouïe ».

Conséquences, l’opérateur historique aurait perdu un milliard d’euros de marge en 2012. Et 2013 s’annonce sous les mêmes auspices.

Free aurait pu pratiquer des prix plus bas

Contrairement à ses concurrents, Orange a néanmoins limité la casse grâce à l’accord d’itinérance 3G passé avec Free Mobile qui rapporte à l’opérateur hôte entre 500 et 700 millions d’euros par an.

Sur ce point, Stéphane Richard indique que l’accord ne sera pas prolongé au-delà de 2018. Le dirigeant réfute également l’analyse de ses concurrents qui accusent Orange d’avoir fait entrer le loup dans la bergerie.

« Ils se trompent lourdement, déclare Stéphane Richard. Cette décision a non seulement protégé France Télécom, mais aussi préservé le secteur du pire. Car, si nous ne l’avions pas fait, le régulateur l’aurait imposé six mois plus tard. Free aurait alors mis Orange, SFR et Bouygues en concurrence et obtenu un contrat certainement moins cher. Il aurait donc pu pratiquer des prix encore plus bas. »

La 4G génératrice de valeur

Le PDG a également évoqué le lancement de la 4G pour le grand public dans 11 nouvelles villes à partir du 4 avril prochain et la couverture de Paris avant la fin de l’année.

L’offre sera d’abord réservée, en standard, aux forfaits haut de gamme Origami Jet puis en option à 1 euro pour les autres offres Origami. Le très haut débit mobile sera exclu de Sosh.

Pour Stéphane Richard, la 4G est un relais de croissance important. En Angleterre, où le groupe a déjà lancé ses offres 4G, celles-ci ont augmenté le revenu moyen de 10%, précise Stéphane Richard.


Voir aussi
Quiz Silicon.fr – Dix questions sur Orange-France Télécom


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur