L'Afdel et le Syntec veulent leur part du grand emprunt

Logiciels

Les représentants des acteurs de l’industrie informatique française préconisent notamment un soutient structurel aux éditeurs de logiciels.

L’Afdel (Association française des éditeurs de logiciels) et le Syntec

Informatique ont proposé leur solutions pour renforcer l’économie du secteur des logiciels en France dans le cadre du grand emprunt national lancé par Nicolas Sarkozy et qui doit être mis en œuvre en 2010. Selon Les Echos (21/09/2009), l’Afdel a ainsi remis un document présentant « sept priorités d’investissement » à Michel Rocard et Alain Juppé, coprésidents de la commission chargée du grand emprunt et qui doivent rendre leur rapport fin novembre.

Ce document propose notamment de « financer la croissance des acteurs du secteur », de favoriser la modernisation des collectivités locales ou encore de créer un grand centre informatique public-privé.

De son côté la fédération qui regroupe les professions de l’ingénierie, des services informatiques, des études et de conseil, tentera de convaincre la commission de créer un système de financement des projets applicatifs. Le mode de fonctionnement des « Soficiel » s’inspirerait de celui des Sofica (sociétés de financement du cinéma et de l’audiovisuel) qui apportent des fonds de soutient financier pour chaque production. Une série de réunions entre le Syntec Informatique et les membres de la commission grand emprunt est prévue jusqu’à fin septembre.

L’idée d’aider le financement des développements de logiciels avait déjà été évoquée lors du séminaire sur l’économie numérique organisé sous l’égide de Nathalie Kosciusko-Morizet, Secrétaire d’Etat à l’Economie numérique. Celle-ci avait d’ailleurs validé l’idée de créer « fonds sectoriel approprié » au financement des éditeurs de logiciels. Reste à savoir si la Commission grand emprunt partagera les mêmes analyses.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur