L'Afnic confirme la bonne santé du «.fr»

Cloud

Avec une progression de 25 % des adresses en .fr en 2009, l’extension française a bien résisté à la crise.

Selon le 3e observatoire du marché des noms de domaine en France, les adresses web en «.fr» se portent bien. « L’extension.fra bien résisté à la crise économique en 2008/2009 », annonce l’Afnic (Association française pour le nommage Internet en coopération). En 2009, les ventes du .fr ont augmenté de 25 % contre une moyenne de 8 % pour les autres extensions.

Le 10 septembre 2009, les adresses françaises représentaient 1,5 million de domaines enregistrés. Un rythme d’enregistrement multiplié par deux depuis 2006. Les dépôts réalisés par les particuliers comptes pour 50 % des enregistrements. Et le taux de renouvellement reste très élevé à 80 %. Ce second marché croît annuellement de 35 % en nombre de transactions. Le .fr compte désormais pour un tiers (33%) de l’ensemble des noms de domaine enregistrés en France.

« Un phénomène en grande partie lié au fait que le .fr représente plus de 80 % de la croissance nette du marché, dopé par sa qualité d’extension préférée des Français mais aussi par une automatisation et une simplicité accrues des procédures », analyse le bureau chargé de la gestion des extensions dans son communiqué.

Un service qui devrait s’améliorer puisque l’Afnic prévoit que « la structuration du marché des bureaux d’enregistrement de noms de domaine .fr se poursuit, avec une concentration des acteurs beaucoup plus forte sur le marché des particuliers que sur celui des entreprises ».

Le prix médian d’un nom de domaine en .fr s’élève à 12 euros hors taxe. Mais l’association note « de forts contrastes entre les acteurs orientés vers les entreprises et les acteurs ciblant les particuliers » même si « la grande variété des offres rend malaisée une comparaison uniquement fondée sur le tarif ».

L’évolution du .fr, comme de toutes les extensions, devrait s’accélérer avec les différentes réformes entreprises par l’Icann (le bureau d’enregistrement mondial), comme l’introduction des alphabets non latins dans les adresses web, l’Internet des objet et la progression du protocole IPv6. Dans ce cadre, les adresses .fr sous IPv6 ont progressé de 5 % pour le DNS et 2 % pour le web en 2009. Une forte progression aux yeux de l’Afnic.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur