L'Agora : le nouveau smartphone sous Android

Cloud

Très proche d’un BlackBerry dans la forme, le combiné sera vendu 200 euros environ 

Le deuxième mobile intégrant Google Android est disponible. Il s’agit de l’Agora Pro fabriqué par Kogan pour le marché australien. Néanmoins, il est déjà possible de le commander à l’international sur Internet.

Le terminal ressemble assez à un BlackBerry au niveau du design avec un clavier complet et une bille centrale de navigation. L’écran tactile est de 2,5 pouces. Le smartphone est 3G, doté du GPS, du Wi-Fi, d’un appareil photo de 2 MP et d’une autonomie de 400 minutes en conversation. Sous le capot, on trouve un processeur cadencé à 624 Mhz et128 Mo de RAM. Son poids : 400 grammes.

Le fabricant a serré ses coûts au maximum puisque l’Agora est proposé à 399 dollars australiens soit 205 euros. Une version sans GPS ni Wi-Fi est vendue 155 euros.

Sauf surprise, cet Agora devrait avant tout concerner le marché australien (même si il est vendu sans contrat d’exclusivité avec un opérateur) mais il illustre la (lente) montée en puissance d’Android dans les mobiles.

agora.jpg

Le premier terminal équipé, le HTC G1, affiche des ambitions plus élevées puisqu’il est présent sur le marché américain. Et en octobre dernier, T-Mobile USA affirmait avoir engrangé 1,5 million de précommande. Depuis, l’opérateur ne donne plus de chiffres… Mais HTC a de fortes ambitions, le groupe asiatique compte vendre 700.000 exemplaires de ce terminal.

Rappelons qu’Android est compatible avec la plupart des normes industrielles existantes et permettra notamment aux fabricants de mobiles d’intégrer facilement les services stars de Google que sont Search, GMail, Calendar, Picasa, Blogger, Maps ou encore YouTube. En outre, constructeurs et opérateurs seront libres de personnaliser Android.

Soutenu par plusieurs équipementiers, qui ont rejoint l’Open Handset Alliance, Android pourrait rapidement se faire une place sur le marché. Pour autant, l’initiative n’inquiète pas les géants des OS mobile comme Nokia (Symbian) ou Microsoft (Windows Mobile) qui eux aussi se concentrent sur des plates-formes orientées services (OVI et Windows Mobile) et qui se partagent l’essentiel du marché.

Le vrai décollage pourrait intervenir avec Motorola, numéro 4 mondial, qui préparerait un modèle basé sur Android pour le 2e trimestre 2009. Preuve de son engagement, le fabricant de mobile aurait en effet fait passer de 50 à 350 le nombre de ses collaborateurs affectés à l’équipe de développement pour Android. L’information n’a pas été confirmée par l’équipementier américain.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur