LAMBDA : l’approche « no code » de Microsoft pour Excel

Écrire des fonctions personnalisées comme on écrit des formules : c’est le principe de LAMBDA. Microsoft commence à ouvrir cette fonctionnalité aux bêtatesteurs d’Excel, sur Windows et Mac.

Les fonctions personnalisées n’ont rien de nouveau. Mais l’idée est de simplifier leur création, en éliminant la nécessité d’un langage tiers. Comment ? En partant d’une formule qu’on convertit et à laquelle on donne un nom.

Cette approche garantit davantage de lisibilité. Elle facilite par ailleurs la combinaison avec d’autres formules/fonctions, ainsi que la correction des erreurs. Illustration ci-dessous pour l’extraction des noms d’États américains encodés dans des identifiants de stations.

Getlocation LAMBDA

LAMBDA apporte aussi la récursivité. En d’autres termes, la capacité, pour une fonction, de s’appeler elle-même, sans requérir de script. L’exemple suivant le démontre. Il consiste à supprimer certains éléments « interdits » dans des chaînes de caractères.

replacechars

removechars

Les fonctions LAMBDA prennent en charge les types de données et les tableaux dynamiques, en entrée comme en sortie. Microsoft donne l’exemple d’un calcul de distance cumulée entre plusieurs villes. Il s’appuie sur le type de données « géographique », avec des informations de latitude et de longitude. La fonction DistanceBetweenCities qui en fait usage fonctionne en support de DistanceBetweenMultipleCities, elle-même récursive.

DistanceBetweenCities

Pour le moment, il est question d’en faire bénéficier, à terme, tous les abonnés Microsoft 365.

Illustration principale © xfgiro – Fotolia