L’Android Market au secours de la BlackBerry PlayBook?

CloudOS mobilesTablettes

Research in Motion travaillerait à une solution pour supporter les applications Android sur sa tablette PlayBook. Un bon moyen d’accélérer son adoption sans renier sa plate-forme maison QNX.

Le canadia Research In Motion (RIM) s’est aventuré sur le terrain des tablettes tactiles avec le PlayBook, une ardoise numérique équipée de son propre OS maison (basé sur QNX). Un OS qui, n’en doutons pas, saura tirer parti des propriétés matérielles du produit et mettre en valeur ses fonctionnalités.

Mais quid des applications? Si le BlackBerry App World en propose une vingtaine de milliers depuis son BlackBerry App World, plutôt dédiées aux smartphones du constructeur qu’à sa tablette, on est bien loin de l’écosystème de l’AppStore et ses quelques 300.000 applications. Séduire les développeurs s’avère aujourd’hui indispensable pour attirer les clients.

Une base d’applications attractive

Pour accélérer le mouvement, RIM pourrait s’appuyer sur l’Android Market, la base d’applications de l’OS de Google déjà riche de quelques 130.000 (voire 180.000 selon Flurry). Selon l’agence Bloomberg, RIM travaillerait à développer une solution qui permettrait d’exécuter les applications Android sur l’OS du PlayBook. Une information que RIM se refuse à commenter pour l’heure. Si elle se confirme, elle permettra à RIM d’offrir une base applicative attractive.

Ce choix aurait donc l’avantage d’élargir le marché pour les développeurs et d’augmenter les chances de succès de l’ardoise de RIM. D’autant que les applications pour Honeycomb, la version Android 3.0 dédiée aux tablettes, devraient se multiplier. Les tablettes Android ont capté près de 22 % du marché des ardoises numériques au cours du quatrième trimestre 2010, selon Strategy Analytics. Android se positionne comme la plate-forme la plus crédible pour concurrencer l’iPad d’Apple actuellement.

4 millions de PlayBook en 2011

La BlackBerry PlayBook devrait être lancée avant la fin du premier trimestre 2011 aux Etats-Unis, et plus tard dans le reste du monde tandis que l’application de compatibilité (simulation, virtualisation?) ne serait pas attendue avant le second semestre. Une mise à jour s’imposera, donc, pour bénéficier de l’offre Android. Selon les estimations des analystes, RIM pourrait vendre 4 millions de PlayBook en 2011. Il faudra néanmoins à la tablette mettre en oeuvre une véritable valeur ajoutée (une interaction avec les smartphones du constructeur?) pour pousser les utilisateurs à adopter la PlayBook plutôt qu’une tablette sous Android dont les modèles commencent à se multiplier, notamment chez Samsung.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur