L’après ADSL se prépare dans les Hauts de Seine

Régulations

La région mise sur la fibre et les très hauts débits

Nanterre – Dénommé THD92, le projet vise à garantir la modernisation de la desserte télécom jusqu’aux clients finaux grâce aux réseaux en fibres optiques. Un projet dont l’investissement sera d’au moins 95 millions d’euros. Pour le président du groupe UMP et député des Hauts de Seine, Jean Jacques Guillet : “la question du très haut débit a entraîné un long débat en interne, mais au final il s’agit d’une volonté forte de la majorité départementale. L’étude de l’Idate (lire notre article, NDLR) montre d’ailleurs l’intérêt des réseaux très haut débit pour les collectivités locales.” En trame de fond, l’on comprend l’ambition du département qui souhaite se hisser au même niveau de modernisation ou du moins suivre les grandes métropoles asiatiques, nord-américaines et des régions européennes en pointe. Au-delà d’une simple problématique franco-française, ce projet est donc également international, surtout dans le domaine des applications et des nouveaux services qui vont naître de ce réseau. J’en veux pour preuve l’intérêt de l’équipementier Cisco, et du bientôt franco-américain Alcatel, pour équiper le réseau. France Télécom, qui s’est impliqué dans le projet, mène actuellement une expérimentation dans six communes des Hauts de Seine, ce qui représente 20.000 particuliers. Selon le député, il existe un véritable enthousiasme des opérateurs pour ce projet. Il a ainsi déclaré : “le câblo-opérateur UPC NOOS qui s’est récemment rapproché de Numéricable n’est pas étranger à notre initiative. L’intérêt du groupe pour l’initiative départementale est très fort.” “Ce sera la nouvelle frontière technologique du département que nous nous emploierons à atteindre dans les années à venir avec nos principaux partenaires, les communes, la région et les différents opérateurs” avait déclaré Nicolas Sarkozy début 2005. Le 26 avril dernier, le conseil général a ouvert l’appel d’offres. Le rôle des collectivités est capital, c’est d’assurer le déploiement de ce réseau de la façon la plus équilibrée, de garantir la péréquation sur l’ensemble du territoire, et d’organiser la concurrence pour que celle-ci puisse s’exprimer et produire des offres attractives pour le consommateur. D’après nos informations, le choix de l’opérateur devrait se faire au mois de mars/avril 2007, et les premières installations devraient voir le jour dix mois après. Concernant les dépôts de dossiers de candidatures, ils seront clos en juin. Enfin, pour Jean-Jacques Guillet, “France Télécom pourrait bien poser une candidature.” Financements et caractéristiques du futur réseau Le choix du Conseil Général s’est porté sur la technologie fibre optique. Une méthode déjà en place dans l’empire du Soleil levant. Le député Guillet doit d’ailleurs se rendre prochainement au Japon à Yokohama. On peut donc imaginer, qu’a plus ou moins long terme, des jumelages naissent entre des départements pourtant séparés de plusieurs milliers de kilomètres. Mais avec la promesse d’un débit maximum de 1 gigabit par seconde, les frontières ne sont plus les mêmes. Le futur réseau sera de collecte, et a priori en FTTB (Fiber to the building), même si le FTTH (to the home) doit faire son apparition, mais plus tardivement. Cette décision a été prise avec l’aval des opérateurs. Le choix du FFTB va également permettre de ne pas empiéter sur les réseaux haut débit déjà existants et en terme de coût, le prix d’une prise FTTH étant de 1.000 euros, l’économie réalisée est conséquente. La grande nouveauté, qui n’était pas au menu du projet d’origine, et qui vient d’apparaître suite aux conclusions du groupe de travail et de l’autorité de régulation, mais aussi suite à l’expérimentation menée par l’opérateur historique, c’est que le programme concernera également les particuliers, car il existe un véritable intérêt pour cette technologie, même si comme le souligne avec humour le député : “dans le domaine de l’innovation, c’est l’offre qui fait la demande”. En terme de coût, l’objectif est de ne pas dépasser le prix de l’offre ADSL soit une fourchette de 15 à 30 euros par mois. Bien entendu, nous n’en sommes pas encore à pourvoir profiter d’un débit d’1 gigabits pour 30 euros, mais dans quinze ans, pourquoi pas. Le département compte déjà 87 immeubles raccordés en fibre au quartier d’affaires de la Défense et 25 répartiteurs de France Télécom. À noter qu’un site Internet consacré au projet devrait prochainement voir le jour. Le département envisage d’accorder au délégataire une subvention de premier établissement, calculée de manière à compenser les obligations de service public. Le montant de cette subvention a été établi à 70 millions d’euros pour un projet d’une durée de huit ans et à 25 millions pour une période de 3 à 4 ans. La fibre optique: une volonté gouvernementale

Après le déploiement, relativement réussi, de la technologie DSL sur le territoire, l’avenir à court terme se nomme fibre optique. Qu’il soit ‘to the home’ ou pas, cette technologie doit permettre d’offrir jusqu’à 100 Mb/s de débit afin de supporter de nouveaux modes de consommation simultanés de contenus riches et de services dans le même foyer: Internet, TVHD, VoIP, VOD… Selon l’Idate, il faudra d’abord débourser 10 milliards d’euros pour couvrir 40% de la population urbaine. 30 milliards supplémentaires seront nécessaires pour couvrir les 60% restants de la population des zones urbaines. Si la France n’est pas en retard (malgré l’avance de certains autres pays notamment en Asie), l’Idate souligne qu’il faudra rapidement prendre des décisions, surtout au regard des investissements colossaux. Réponse du gouvernement: François Loos, ministre délégué à l’Industrie, a annoncé le lancement d’une consultation publique sur le très haut débit qui débouchera sur un plan d’action en faveur du déploiement d’infrastructures de communications s’appuyant sur la fibre optique. Cette consultation sera ouverte jusqu’en mai 2007. Rappelons que des initiatives locales autour de la fibre sont déjà en cours: à Pau, à Paris avec Erenis… De son côté, France Télécom va lancer des expérimentations.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur