L’ART se penche sur le WiMax: trop de demandes?

Régulations

Confronté à une demande croissante de fréquences dans la bande des 3,5 GHz, le régulateur dit craindre une raréfaction de l’offre. Il va donc lancer une consultation publique. En attendant, fini les attributions de fréquences…

Après le Wi-Fi, une nouvelle frénésie semble s’emparer des opérateurs télécoms et des acteurs de la mobilité, il s’agit du WiMax. Soutenu par Intel, Alcatel et de nombreux opérateurs, cette technologie radio permet un accès sans fil à haut débit. Mais contrairement au Wi-Fi dont les bornes ne couvrent que quelques mètres, le WiMax permettrait une couverture beaucoup plus large: jusqu’à 30 voire 45 kilomètres de rayon.

Surtout, il donne accès à un débit colossal: 70 mégabits par seconde, soit 8,75 méga-octets par seconde. Cette norme se pose ainsi en alternative importante de l’ADSL, là où cette technologie n’est pas disponible. Elle pourrait aussi bien supplanter l’UMTS qui, lui aussi, vise l’Internet mobile. En France, le WiMax ne passe pas inaperçu et de plus en plus d’acteurs sollicitent l’ART (Autorité de régulation des télécoms) afin d’obtenir des fréquences dans cette bande des 3,5 GHz. Après plusieurs attributions “au fil de l’eau”, l’ART vient de décider de faire une pause afin d’étudier le marché. Le régulateur craint une raréfaction de l’offre et veut se donner le temps de la réflexion. “Les demandes parvenues à l’Autorité portent sur des zones de couverture variées : nationales, pluri-régionales, départementales ou encore restreintes à une commune. Elles sont susceptibles d’excéder la quantité de fréquences disponibles.Cette situation nouvelle rend nécessaire la suspension de l’attribution des fréquences 3,5 GHz au fil de l’eau, explique le régulateur. Et de poursuivre: “Dans un souci d’attribution objective, transparente et non-discriminatoire des ressources devenues disponibles par les restitutions de fréquences dans la bande 3,5 GHz, l’Autorité lancera en début d’été 2004 une consultation publique afin d’évaluer l’intérêt du marché pour la technologie WIMAX ainsi que l’intérêt d’ouvrir éventuellement d’autres bandes de fréquences (3,4 – 3,8 GHz) à la boucle locale radio”. L’ART impose donc une pause au développement du WiMax afin d’établir de nouvelles procédures d’attribution “qui prendront la forme de procédures de sélection pour des zones sur lesquelles le nombre de demandes excèderait les ressources disponibles”. Cette consultation prendra fin en septembre prochain. On connaîtra à ce moment ces nouvelles modalités.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur