L’avenir des femtocell passera par les entreprises

MobilitéRéseaux

La quasi-totalité du chiffre d’affaires généré par le marché des femtocell viendra de la demande des entreprises en 2019. Y compris des PME.

Si les opérateurs tentent de démocratiser l’usage des femtocell à l’intention de leurs abonnés résidentiels (via les box, notamment), c’est néanmoins les besoins des entreprises qui constitueront la quasi-totalité du marché des antennes mobiles d’intérieur. Selon le cabinet ABI Research, les femtocell d’entreprise composeront 97% des 4,3 milliards de dollars de chiffre d’affaires attendus en 2019.

Pour mémoire, les femtocell sont des antennes mobiles destinées à des usages voix et data déployées à l’intérieur des bâtiments et reliées au réseau filaire de l’opérateur. Une densification de l’infrastructure visant ainsi à étendre son réseau mobile à des lieux où, soit la géographie (limite de réseau), soit la densité d’utilisateurs, quand ce n’est pas une combinaison des deux, tendent à dégrader le service mobile. Autrement dit, les “femto” apportent un confort et une qualité de service que ne sont pas toujours en mesure d’assurer les antennes “macro”. Et dans le même temps, elles déchargent le réseau mobile de l’opérateur tout en constituant un réseau sans fil parallèle au Wifi de l’entreprise.

Un marché qui sera, contre toute attente, notamment porté par les PME. « Le modèle économique de la femtocell s’éclaircit pour les petites et moyennes entreprises, note l’analyste d’ABI Ahmed Ali. Le coût des systèmes d’antenne distribuées (DAS) est difficile à justifier pour ces entreprises, mais il y a encore une demande croissante pour les services voix. »

La femto, relais de croissance pour l’opérateur

Le marché de la “femto” s’inscrit également comme un relais de croissance pour les opérateurs qui y voient un axe de développement d’offres de services. « Bien que les femtocell coûtent plus cher à déployer en grand nombre dans les entreprises, sur le long terme, les prix des terminaux sont appelés à baisser, poursuit l’analyste. Les opérateurs regarderont à mettre en place des services personnalisés pour maintenir les marges. »

Les femtocell 3G domineront le marché ces prochaines années, particulièrement en Amérique du Nord et dans la zone Asie-Pacifique. Mais les offres 3G/4G commencent à décoller avec la multiplication des solutions chez les principaux équipementiers, Alcatel-Lucent, Cisco, Broadcom ou Ericsson. Des modèles qui alimentent principalement le marché nord-américain ou la 4G/LTE est aujourd’hui largement déployée.


Lire également

André Méchaly (Alcatel-Lucent) : « La 4G a besoin des ‘small cell’ »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur