Le Centre Pompidou se couvre en Wi-Fi gratuit avec Ozone

Régulations

L’opérateur ‘pervasif’ Ozone a déployé des antennes dans le célèbre centre culturel. Ses 18.000 visiteurs quotidiens auront un accès gratuit au Web pendant 1h30

“Il était temps d’offrir un accès gratuit et nomade à Internet afin de coller aux pratiques actuelles”, explique-t-on à la direction du Centre Pompidou. C’est aujourd’hui chose faite. A partir de ce jeudi, il sera possible aux 18.000 visiteurs quotidiens de se connecter sans fil et gratuitement à Internet. Grâce à un réseau sans fil de l’opérateur ‘pervasif’ Ozone. Tout le centre sera couvert, notamment l’incontournable Bibliothèque publique d’information, mais aussi les salles, la Piazza et les alentours (les voisins pourront donc aussi surfer gratuitement !, une aubaine pour les cafés situés près du centre). Les visiteurs munis d’un PC portable ou d’un PDA communicant pourront se connecter gratuitement pendant 1h30 (le temps moyen d’une visite). Evidemment, certains sites seront filtrés: impossible en théorie de surfer sur des URL pornographiques, racistes ou de téléchargement illégal… La direction de ‘Beaubourg’ a donc choisi le petit opérateur parisien Ozone comme fournisseur de ce réseau. “SFR est venu nous voir, mais les contraintes de gratuité et de réactivité ont fait que nous avons choisi Ozone”, explique Olivier Bielecki, le DSI du Centre Pompidou. Certains d’entre vous connaissent déjà Ozone. Cet opérateur déploie à Paris un réseau Wi-Fi pervasif avec un modèle original. “Il s’agit de relier un ensemble d’objets ‘intelligents’ afin de créer un réseau ‘pervasif’ basé sur le Wi-Fi”,, explique son patron, Rafi Haladjian. “Ce réseau n’appartient à personne, on attend que les utilisateurs s’interconnectent les uns aux autres. Il s’agit d’une construction collective”, précise-t-il. En moins d’un an, le réseau a été déployé avec la mise en place d’antennes (à l’intérieur et sur le toit). On ne connaît pas le montant global de l’investissement, mais il n’est pas excessif, selon Rafi Haladjian. Les antennes et la bande passante (réseau de BT) sont fournis par Ozone, le centre Pompidou s’est occupé de l’installation. Pour le centre, le Wi-Fi vient compléter un ensemble de nouvelles technologies comme le billet imprimable à distance, ou le site internet pour les handicapés. D’ailleurs, d’autres projets sont dans les cartons, comme un site dédié aux jeunes ou un nouveau bouquet de services en ligne. Pour Ozone, ce déploiement constitue une référence de taille en matière de réseau public. Après la couverture progresive de Paris (45% à ce jour, 80% à la fin de l’année) et la couverture du Palais de Tokyo, le petit opérateur prend de l’envergure dans la perspective de prochains appels d’offre. Il pourrait ainsi être sélectionné par la Mairie de Paris qui entend couvrir la capitale en haut débit gratuit (lire notre article).


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur