Le Centrex-IP: killer-application pour la techno ‘Softswitch’ ?

Régulations

Retour du Salon de Genève: dans la course au “tout-IP”, sur les équipements d’opérateurs, le logiciel prend une place inéluctable et envahissante

Le Salon Telecom 2003 a mis en évidence le corollaire majeur de l’évolution vers les réseaux IP, voix et données: les sous-ensembles logiciels appelés ”

Softswitches” commencent à s’imposer un peu partout. Le logiciel permet de s’affranchir de certaines rigidités bien connues liées au “tout hardware”: nécessité d’intervenir physiquement sur tous les équipements en cas de mise à niveau, lourdeur des procédures de modification des caractéristiques d’un abonnement, manque de souplesse dans l’administration des réseaux… Le logiciel permet également une ouverture sur des applications de nouvelle génération. France Télécom et Netcentrex Toutes ces préoccupations (d’opérateurs) se traduisent dans le niveau de service perçu par les utilisateurs. Piloter à distance, depuis un seul poste, un vaste réseau d’opérateur, offrir à l’utilisateur un accès de type Web pour modifier lui-même les caractéristiques de son abonnement, sont deux exemples simples de ce qui est rendu possible par cette évolution. Le nouveau service annoncé par France-Telecom et Netcentrex à l’occasion du salon de Genève correspond tout à fait à cette voie : dès début 2004, chaque utilisateur d’une entreprise connectée à ce service pourra, de son poste de tavail informatique, accéder à ses communications multimédia (voix, données, images), et en modifier les caractéristiques. Le Centrex, cela fait 20 ans qu’on en parle en France, et 20 ans qu’il ne se passe pas grand’chose dans le domaine… Suffira-t-il de la domination d’IP sur les autres protocoles, et d’un changement de nom (le service s’appellera “IP-Business”…) pour réussir le pari ? On l’espère. Rendez-vous dans quelques mois pour constater le succès de l’opération.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur