Le CHU de Lausanne s’ouvre au royaume du Wi-Fi

Régulations

Le centre hospitalier suisse s’est équipé de solutions ‘wirelessLAN’ d’Aruba pour permettre au personnel soignant et à un millier de patients de se connecter sans fil. Et une cible particulière: les enfants hospitalisés sur de longues durées

Le CHU de Lausanne connaît une petite révolution. L’ensemble des patients hospitalisés (capacité d’un millier de lits, environ) vont pouvoir se connecter simultanément à Internet grâce à des connexions sans fil. Pour l’heure, les visiteurs de passage n’ont pas encore accès au service… Patience.

Le personnel de soins, pour sa part, n’a pas un accès libre au réseau (comme s’il s’agissait d’un hot spot Wi-Fi public). Non, il n’utilise l’installation des bornes radio que pour des applications médicales (prescription, menus des repas…). Ces deux applications reposent sur l’utilisation de tablettes PC, qui communiquent via l’infrastructure Wi-Fi.

Les applications les plus novatrices concernent les patients eux-mêmes. Avec le soutien d’une fondation (la fondation Defitech) et de divers sponsors, un service de communication Internet est à disposition des enfants hospitalisés pour une longue durée: ils bénéficient d’un accès Internet avec visioconférence.

Stéphan Misteli, responsable infrastructure du CHUV, explique: «En plus de la visioconférence, ces enfants disposent de la messagerie électronique et des logiciels de messagerie instantanée.»

L’architecture de communication a été déployée sur l’ensemble de l’hôpital à partir du dernier trimestre 2005. Des zones ont été réservées aux étudiants (bibliothèques, auditoires etc.).

Cette ouverture vers l’extérieur s’étendra bientôt aux autres patients du CHUV. Après une phase pilote au sein du service d’orthopédie, l’ensemble des patients vont en bénéficier à partir de ce 12 juillet.

L’accès Internet est fourni au moment de l’admission, gratuitement pour les patients privés et moyennant un forfait de 30 francs suisses (environ 20 euros) pour les autres patients.

Sécurité oblige: le réseau sans fil des patients est séparé de celui dédié au personnel. Les patients doivent passer par un portail captif, qui est administré par un contrôleur Aruba 800.

Pour les personnels de soins, c’est une authentification WPA2 qui protège leurs accès.

«La solution Aruba nous apporte une grande souplesse pour la gestion des règles. Nous pouvons définir des droits pour chaque groupe d’utilisateurs», souligne Patrick Zosso, responsable réseau du CHUV.

Sur un modèle assez proche, Aruba a également équipé le centre hospitalier UCLH de Londres, qui regroupe 7 hôpitaux en réseau maillé, ou encore le Centre Hospitalier Intercommunal de Villeneuve Saint-Georges (CHIV).

Une architecture allégée, facilement administrable

Pour toute l’installation, il suffit de deux contrôleurs de mobilité (WLAN Aruba 6000), utilisés avec les licences associées en redondance (protocole VRRP). La gestion/administation est largement simplifiée car tout est centralisé sur une console unique: elle “voit” l’ensemble des 160 bornes radio (modèles ultra-léger 60 et 61).

Le centre hospitalier envisage d’étendre sa couverture en 2007 avec l’ajout d’un autre contrôleur de mobilité Aruba 6000 et le quasi doublement du nombre de bornes.

L’investissement en matériel et son installation a représenté un budget approchant les 100.000 euros.

Le CHUV gère tout lui-même sans avoir recours à un opérateur.

Les Hospices-CHUV (http://www.chuv.ch) constituent un centre hospitalier universitaire d’envergure européenne. Ils font partie des cinq hôpitaux universitaires suisses, avec Bâle, Berne, Genève et Zurich. Trois missions -soins, formation et recherche – leur sont confiées comme mission de service public.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur