Le 'cloud computing', un danger pour la sécurité ?

Sécurité

Pour des raisons de sécurité, le cloud computing tarde à décoller au sein des entreprises.

Forrester a tenté de déterminer la position que prennent les entreprises vis-à-vis du cloud computing. Le cabinet a interrogé plus de 2.500 personnes, issues de compagnies situées en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, aux États-Unis et au Canada. Une première étude porte sur les grandes entreprises et une seconde sur les PME.

Premier enseignement tiré de ces deux études: les entreprises restent frileuses face au cloud computing. Seuls 3 % à 4 % d’entre elles ont adopté de telles solutions en 2009, contre 2 % en 2008. Pour la moitié des entreprises interrogées, l’essor de telles solutions est freiné par des problèmes de sécurité. Ces obstacles peuvent être séparés en trois parties : sécurité globale de l’offre, confidentialité des informations, mais aussi problématique de sauvegarde des données.

Les solutions virtualisées ou en mode cloud devraient toutefois profiter de l’intérêt des entreprises pour le Green IT. Ainsi, ces études montrent que 60 % des entreprises souhaitent améliorer la consommation énergétique des datacenters, contre un peu plus de 50 % l’an dernier. 72 % des grandes entreprises ont d’ores et déjà virtualisé leurs serveurs x86. Dans ce domaine, les compagnies françaises sont toutefois à la traîne, puisque seulement 52 % ont fait de même.

« En dépit des hésitations pour lecloud computing, la virtualisation demeure une priorité claire pour les décideurs IT, guidés par la volonté d’améliorer la maîtrise des infrastructures IT, les coûts, la continuité d’activité, et dans une moindre mesure, leur intérêt croissant pour l’efficience énergétique », conclut Tim Harmon, analyste senior chez Forrester.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur