Le contrat open source de Bercy va coûter 39 millions d’euros

Régulations

Selon Les Echos le ministère de l’Economie et des Finances vient de signer le plus gros contrat de l’histoire encore récente des sociétés éditrices de logiciels libres

Initialement, le contrat portant sur les logiciels libres devait être de 15 millions d’euros sur trois ans, seulement voilà, le ministère vient d’annoncer la signature de tranches supplémentaires, qui portent désormais le montant total du contrat à près de 39 millions d’euros.

Comme l’indique dans ses colonnes le quotidien économique, le contrat a été signé avec Capgemini et la start-up Linagora, avec Bull comme sous traitant. L’ambition de Bercy, est d’assurer la bascule vers le logiciel libre, garantir la maintenance, et le bon fonctionnement de son système informatique et des 170 logiciels utilisés par les différents groupes d’action du ministère (DGI, Douanes…) Il faut tout de même préciser que le montant de ce contrat induit un engagement des prestataires pour résoudre en moins de quarante-huit heures tout bug critique. Avec cette annonce le gouvernement poursuit sa migration vers les logiciels libres. Cette dernière a commencé en l’an 2000, lorsque le ministère a orchestré le passage sous Linux de 1.000 serveurs en charge de la gestion de l’impôt sur le revenu. Selon le ministère, les programmes issus de la communauté du libre sont aussi efficaces que les programmes propriétaires et Bercy souligne l’importante activité des développeurs. L’un des impératifs de Bercy est de s’assurer que chaque logiciel soit présent sur les machines de son parc informatique. Le contrat porte donc sur une tierce maintenance applicative à la charge de Linagora et de Capgemini. L’obligation de résultat sur les pannes critiques, implique des risques, Linagora a annoncé en parallèle la levée de 1,8 million d’euros auprès de capital-risqueurs.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur