Le coût de Sarbanes-Oxley, plus élevé qu’attendu

Cloud

Entre compléments d’information, documentation, procédure de recrutement, adaptation, développement, acquisition de solutions, déploiement, tests, etc., AMR Research évalue le coût de Sarbanes-Oxley à 0,1% du chiffre d’affaires

Voici plusieurs mois que la loi américaine

Sarbanes-Oxley Act s’impose pour les modalité de gestion ou ‘gouvernance’ des entreprises. L’Europe, de près ou de loin, suit ce courant réformateur. C’est la première fois qu’une étude tente de chiffrer le coût de l’adaptation des nouvelles règles de transparence financière, de garantie sur l’intégrité des données au sein des entreprises. 1 million de dollars pour 1 milliard de chiffre d’affaires. Le coût n’est pas négligeable. Il pourrait justifier l’adoption de solutions de migration particulières, d’autant que, même si la SEC a accepté d’accorder un délai supplémentaire d’un an aux entreprises qui le demandent (lire notre article), l’échéance est proche, et ses effets induits risquent de se révéler autrement plus onéreux. Sarbanes-Oxley

C’est bien au-delà des Etats-Unis que les entreprises sont concernées par

Sarbanes-Oxley Act (SOX), l’ensemble des lois américaines qui définissent les nouvelles règles de gouvernance, élaborées à la suite d’une multitude de scandales (Enron, Worldcom…) qui ont ébranlé une partie des fondements économiques de l’Amérique libérale. Car il n’y a pas seulement les entreprises américaines qui sont concernées, mais aussi toutes leurs filiales, et les entreprises qui travaillent pour elles ou exportent vers l’Amérique du Nord. Et si cela ne suffisait pas, les juridictions occidentales, en particulier européennes, travaillent à faire évoluer leurs propres législations, qui devraient se rapprocher de SOX. Et de toutes façons, SOX va rapidement influer sur les comportements des entreprises et devenir une part de leurs règles de bonnes pratiques ! La section 404 de SOX devrait être l’une des premières à être mises en application. Elle concerne l’auto-évaluation des contrôles internes des procédures de ‘reporting‘ financier. Les données financières de l’entreprise doivent donc être correctement collectées, traitées et stockées. Ces procédures concernent d’une manière ou d’une autre les services technologiques et de traitement de l’information dans l’entreprise. En particulier SOX prévoit la traçabilité de TOUS les mouvements financiers, donc obligatoirement de TOUS les processus IT partagés. C’est tout le schéma directeur de l’information dans l’entreprise qui doit être validé, et peut être revu, ainsi que les responsabilité de chacun afin de s’assurer que les termes de SOX sont respectés. Il ne faut pas oublier qu’en rupture avec les pratiques courantes de la gouvernance d’entreprise, SOX prévoit la responsabilité des maillons stratégiques de l’entreprise, avec des peines d’emprisonnement à l’appui en cas de poursuites ! Rien de mieux qu’un dirigeant en prison pour ternir la réputation d’une entreprise? Les responsables informatiques, au c?ur du traitement de l’information dans l’entreprise, figurent désormais au premier rang des personnes concernées par le Sarbanes-Oxley Act. En ont-ils conscience ? Ils feraient sans doute mieux de s’assurer que leurs services et l’entreprise qui les emploie sont bien en conformité avec SOX, car désormais même le plus obscure sous traitant d’une entreprise américaine pourra être contrôlé? Sans risque, pensez-vous ? Et la perte d’un contrat pour non respect des règles de gouvernance, vous avez chiffré ce que cela représente ? Le site Web du Sarbanes-Oxley Act : http://www.sarbanes-oxley.com/


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur