Pour gérer vos consentements :

Le datacenter de l’Université de Franche Comté boit la tasse

Victimes d’une surpression inexpliquée, plusieurs canalisations de l’UFR Science et Technique de l’Université de Franche Comté ont sauté. Au point de noyer la salle des machines et rendre inutilisable plusieurs serveurs, malgré l’intervention rapide des pompiers. Le problème s’est déroulé le samedi 17 juin et l’Académie, ainsi que l’Université, ont vite réagi sur Twitter en indiquant que « les sites Internet de l’Université, du CROUS, de l’ENSMM, de l’UTBM de l’Académie, Comu UBFC ainsi que l’Académie et le rectorat étaient inaccessibles ». Sur le message, on pouvait lire également que les messageries électroniques des personnels étaient impactées, tout comme les sites d’inscription des étudiants.

Une aide de Paris et Mulhouse

Cette salle machine est importante, car elle constitue un nœud du réseau de l’Education Nationale (RENATER). Le tweet de l’Académie soulignait que les équipes de la DSI étaient à pied d’œuvre pour rétablir les connexions. Nos confrères de L’Est Républicain précisent que « des techniciens de Paris et de Mulhouse ont été appelés en renfort » et ajoutent que « le matériel a dû être changé en grande partie et que seule la connectivité n’avait pas été rétablie ». Ce lundi matin, les sites étaient de nouveaux accessibles.

Un relai 4G fixe SFR en secours pour les examens

Les responsables de l’Université assurent qu’aucune donnée électronique n’a été perdue et les archives papiers ont échappé de peu à la noyade. Nonobstant, l’inondation s’est déroulée dans une période de passages d’examens notamment pour les étudiants en médecine. Les réseaux sociaux ont vite propagé l’annonce de l’inondation et l’inquiétude s’est emparée des étudiants. Pour les rassurer, la DSI de l’Université avait mis en place un réseau de secours à base de 4G fixe, fournie par SFR si le réseau principal n’avait pas été remis en marche à temps. Le recteur de l’Académie, Jean-François Chanet et le Président de l’UFC ont tous les deux tweeté le rétablissement de l’ensemble des sites. Plus de peur que de mal et un bon exercice de plan de reprise d’activité après sinistre.

A lire aussi :

Inondations : la situation est « sous contrôle », dit Bouygues Telecom

Un test anti-incendie rend sourd un datacenter d’ING

crédit photo © dotshock – shutterstock

Recent Posts

Après la NAND, Intel dit stop à la gamme Optane

Après avoir vendu son activité NAND, Intel tire un trait sur la technologie 3D XPoint,…

3 semaines ago

Google Analytics : la Cnil a posé les règles du jeu

Près de six mois ont passé depuis de que la Cnil a déclaré l'usage de…

3 semaines ago

Truffle 100 France : le top 20 des éditeurs de logiciels

Truffle 100 France : qui sont les 21 entreprises qui ont dépassé, en 2021, les…

3 semaines ago

Cloud : AWS brocarde les politiques de licences Microsoft

Un dirigeant d'Amazon Web Services dénonce des "changements cosmétiques" apportés par Microsoft à ses politiques…

3 semaines ago

Sécurité du code au cloud : Snyk Cloud, un joker pour développeurs

Snyk officialise le lancement de sa solution de sécurité cloud pour développeurs, Snyk Cloud, fruit…

3 semaines ago

Cegid accroche Grupo Primavera à son tableau d’acquisitions

Cegid va absorber Grupo Primavera, plate-forme de logiciels de gestion d'entreprise née dans la péninsule…

3 semaines ago