Le département de la Défense des Etats-Unis encourage Linux

Sécurité

Le DoD américain lance un site dédié au développement des logiciels ‘open source’. Forge.mil est basé sur le modèle de SourceForge.net

L’Oncle Sam n’est pas seulement le pays des géants de l’informatique et des licences (parfois) coûteuses. Pour preuve, le département de la Défense des Etats-Unis lance un site forge baptisé Forge.mil.

Cette “forge open source” suit donc les principes qui font le succès de son grand frère SourceForge à la différence que des mesures de sécurité ont dû être adaptées à l’institution américaine. Forge.mil requiert donc une carte à puce pour ses utilisateurs afin de pouvoir être identifié. Tout le monde peut donc participer et contribuer au projet sans pour autant avancer masqué. Un élément de sécurité nécessaire dans la mesure où tout le code est ouvert à la consultation publique.

Signe que l’administration américaine s’intéresse aux systèmes libres, cette initiative va dans le sens de la fourniture de logiciels fiables, de services et autres systèmes opérationnels en tout point du globe, ainsi que sur n’importe quel théâtre d’opération.

L’initiative n’est pas une première puisque déjà en 2006, le gouvernement américain via le département de la Défense avait déjà mis à contribution le monde du libre pour l’élaboration d’un programme open source similaire. Des liens connexes qui montrent combien le DoD cherche àréduire les coûts de son administration tout en s’attachant au volet sécurité de telles initiatives.

Pour l’instant Forge.mil héberge trois projets dont DoD Bastille. Un programme basé sur un logiciel public qui automatise la configuration des serveurs Linux et intègre les spécifications de sécurité souhaitées par le DoD. Un début.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur