Le dollar entraîne la Bourse dans sa chute

Cloud

Mardi 18 novembre, le dollar décroche après la publication des mauvais chiffres américains sur les ventes au détail. Le billet vert a entraîné la Bourse de Paris dans sa chute

Il aura suffi que le dollar touche son plus bas des derniers mois, face à l’euro et au franc suisse, pour que le CAC40 lève subitement le pied en fin de séance. L’indice vedette de la Bourse de Paris a reculé de 0,19% à 3.352,92 points.

Wall Street a terminé une nouvelle fois en net repli, miné par la chute du dollar, l’euro ayant ateint en cours de séance le record historique de 1,1959 dollar. Le Dow Jones cède 0,89% à 9.624,16 points et le Nasdaq 1,46% à 1.881,75 points. Il se confirme à la Bourse américaine qu’investisseurs et analystes sont de plus en plus préoccupés par la politique de l’administration Bush, entre risques d’attentats et bourbier irakien, nous l’évoquions hier, mais aussi de plus en plus d’inquiétudes se font jour avec le gouffre du déficit US et les tentations protectionnistes. Les prix de vente au détail sont restés stables en octobre aux Etats-Unis comme en Europe, progressant de 0,2% hors alimentation et énergie de l’autre côté de l’Atlantique, et de 0,1% sur la zone euro. Les sociétés de services informatiques profitent des rumeurs de concentration pour se maintenir en territoire positif. Rumeurs alimentées par Computer Sciences, cinquième SSII mondiale, qui a déclaré envisager des acquisitions en France et en Allemagne dans les mois à venir. Le Groupe Steria gagne 3,20%, Atos Origin 1,83%, Sopra Group 1,44% et GFI Informatique 0,40%. Le fabricant de plaques de silicium pour microprocesseurs Soitec accentue sa perte pour son premier semestre fiscal, avec un déficit de 19,8 millions d’euros, plus que dix fois supérieur à son déficit enregistré un an plus tôt. Avec des perspectives maintenues au même niveau de perte pour le second semestre, le titre perd 7,28%. Les actionnaires d’Alstom ont approuvé en assemblée générale le plan de financement et d’augmentation de capital du groupe. Déjà secoué par la catastrophe du Queen Mary II, le titre a encore perdu 1,80%.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur