Le e-commerce français ne connaît pas la crise

Régulations

Encore un très bon trimestre pour les cybermarchands. Le nombre d’acheteurs en ligne progresse quasiment trois fois plus vite que celui des internautes

Trimestre après trimestre, le commerce en ligne français affiche des taux de croissance à faire pâlir n’importe quel secteur économique. Selon les derniers chiffres de l’Association pour le commerce et les services en ligne (ACSEL), environ 50% des cybermarchands français, le commerce sur Internet affiche au deuxième trimestre un chiffre d’affaires en progression de 65,9% par rapport à la même période en 2003.

Sur la période, les revenus ont atteint 665 millions d’euros. Le nombre de transactions a été en progression de 64,5% atteignant 9,9 millions au deuxième trimestre. Confirmant une tendance apparue à la fin 2003, le nombre d’acheteurs en ligne progresse quasiment trois fois plus vite (+27%) que celui des internautes (+10,9%). Le nombre d’intentions d’achat a doublé entre le deuxième trimestre 2003 et la même période de 2004, souligne l’ACSEL relevant que les internautes “utilisent de plus en plus les moteurs de recherche pour trouver des produits et services”. Au deuxième trimestre, 28% du total des requêtes ont concerné les biens culturels et les loisirs, 15% les biens informatiques, 14% le transport et le tourisme, 9% les services de rencontre et d’astrologie, 7% les services financiers et 6% l’enseignement et la formation. L’informatique (266%), l’audio-photo-ciné (152%), les vêtements et accessoires (110%) et les services professionnels financiers (106%) sont les quatre secteurs dont la progression en nombre d’intentions d’achat a été la plus forte.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur