Pour gérer vos consentements :

Messagerie chiffrée : le gouvernement construit son propre « Telegram »

En pleine affaire Cambridge Analytica et alors que les services de renseignement américains et britanniques accusent la Russie d’être à l’origine d’une vaste cyberattaque mondiale, la confidentialité des échanges au plus sommet de l’Etat français devient un enjeu de premier plan.

On sait le président Emmanuel Macron adepte du service de messagerie crypté Telegram dont il a fait usage, lui et ses proches, dès l’automne 2015 lors du lancement du mouvement En Marche ! Or, les serveurs Telegram ou WhastApp, propriété de Facebook, ne sont pas hébergées en France.

Créé par un entrepreneur russe, Telegram est d’ailleurs en conflit avec son pays d’origine. Faute d’avoir accepté de livrer les codes d’accès de son application aux services de renseignement (FSB), le Kremlin bloque depuis lundi son accès sur tout le territoire.

Une utilisation obligatoire d’ici l’été

Pour mettre fin à cette dépendance, les services du gouvernement mettent au point leur propre application de messagerie chiffrée permettant aux services de l’État de communiquer en toute sécurité. Reuters confirme ainsi une information donnée vendredi par Mounir Mahjoubi, secrétaire d’État en charge du Numérique.

Une vingtaine de fonctionnaires et de hauts fonctionnaires testent actuellement le service avant que son utilisation ne devienne obligatoire pour l’ensemble du gouvernement d’ici l’été.

L’application cryptée dont le nom n’a pas été dévoilé est basée sur une code open source que, selon Europe 1, la Direction interministérielle du numérique et du système d’information et de communication (Dinsic) a adaptée aux besoins de l’Administration. A terme, elle pourrait être mise à la disposition de tous les citoyens.

Le président Macron utilise, par ailleurs, deux smartphones sécurisés. Il possède comme ses prédécesseurs, un Teorem, un terminal à clapet et à touches physiques créé par Thalès et la DGA, ainsi que, selon BFM TV, un Samsung Galaxy S7 Edge à écran tactile sécurisé par Orange Cyberdefense via la technologie CryptoSmart d’Ercom.

Recent Posts

Python : 6 recommandations de sécurité

Python est un des langages de programmation les plus prisés du marché. Qu'en est-il de…

1 heure ago

Arm-Nvidia : vers l’abandon du rachat ?

Selon Bloomberg News, Nvidia se prépare à abandonner son rachat d'Arm pour 40 milliards $.

1 heure ago

Assurances cyber : vers une « jurisprudence NotPetya » ?

Aux États-Unis, un groupe pharmaceutique victime de NotPetya l'a emporté en première instance face à…

2 heures ago

Logiciels libres : comment l’UE veut les promouvoir

La Commission européenne a récemment adopté une décision censée faciliter l'ouverture du code source de…

5 heures ago

Kubernetes : 5 projets open source à surveiller

Stockage, sécurité, gestion d'infra... Focus sur cinq projets open source qui se sont développés autour…

7 heures ago

Bug bounty : Yogosha se renforce avec une levée de 10millions €

Le spécialiste du Bug Bounty annonce une levée de fonds de 10 millions €.

7 heures ago