Le logiciel ‘libre’ progresse à la mairie de Paris

Régulations

Un drapeau à l’effigie du célèbre manchot ne flotte pas encore sur la mairie de la capitale française, mais petit à petit l’oiseau fait son nid

Entre

“accords et désaccords” sur la question de l”open source’ dans l’administration, on ne sait plus vraiment où donner de la tête. On peut comprendre l’inquiétude de certains salariés municipaux. “La troisième voie”, celle de l’alternative et du mélange Linux/Windows (cf. notre article du 13 octobre dernier), semblait être la solution la plus adéquate pour répondre aux états d’âmes des responsables informatiques de la mairie. Aujourd’hui, rien n’est sûr et la balance penche en faveur de l”open source’. Dans ses colonnes, ce 21 novembre, le quotidien, “La Tribune” met l’accent sur l’aspect 100% ‘open source’ du projet parisien. La migration de la municipalité vers un système d’information utilisant le logiciel dit “libre” prend forme. Et on a du mal à savoir si finalement l’ambition parisienne n’est pas la même que celle de la ville de Munich qui a opté pour une solution “libre” plus radicale (même si elle prend du retard, cf. notre article). La création en 2001 de la DSTI, la direction des systèmes et technologies de l’information, et l’élaboration d’un schéma directeur informatique a propulsé à la vitesse grand V le programme de modernisation de l’outil informatique au rang des priorités. D’ailleurs, comme le précise “La Tribune”, “le SDI est doté d’un budget de 160 millions d’euros sur quatre ans”. Et la progression de la ville en matière d’informatique est plus rapide que prévu avec : un parc qui s’élargit de 12.000 à 17.000 PC, des sites en réseaux qui passent de 300 à 1.900, la moitié des serveurs de la ville qui fonctionnent désormais sous un environnement Linux, 3.500 ordinateurs dans les écoles qui vont profiter d’Open Office d’ici le premier trimestre 2006, enfin au total prés de sept administrations ont déjà migré vers le libre et une multitude de projets sont à venir comme un système d’information sur l’administration… Alors qu’on se le dise, les éditeurs de logiciels n’ont qu’à bien se tenir s’il ne veulent pas voir le marché énorme investi par les villes se faire la malle pour le grand Nord et ses manchots empereurs si solidaires?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur