Le marché de l’e-santé sur mobile devrait bientôt frémir

Régulations

Optimiste, une étude montre aussi une nette résistance manifestée par le personnel hospitalier face à l’utilisation d’outils informatiques mobiles

L’étude éditée par les analystes du Wireless HealthCare, identifie les acteurs de ce marché et constate qu’un bon nombre d’entre elles ont été fondées par? des chirurgiens. Exemple : Intelligent Medical Systems et Xenetec, toutes deux créées par des cliniciens ayant une expérience de premier plan dans la mise en oeuvre des processus cliniques. Cette enquête constate d’ailleurs une nette accélération de l’adoption de l’e-santé et la constitution d’une base importante de sites consacrée à la mise en pratique des procédures d’auto et de télé-diagnostic.

La concurrence dans ce secteur (ô combien lucratif) risque toutefois d’être rude, puisque d’ici peu les praticiens eux-mêmes vont encourager l’automatisation des processus cliniques. Toutefois, l’enquête constate également une nette résistance manifestée par le personnel hospitalier face à l’utilisation d’outils informatiques mobiles qui pourraient impacter leur travail et leur carrière. Car même s’ils sont bien conscients que cette automatisation de certains processus devrait leur permettre d’accorder plus d’importance aux aspects humains de leur travail, la désertification progressive que l’on constate sur ce secteur diffère radicalement de ce que l’on constate dans les autres secteurs de l’économie. Elle se traduit en effet par une pénibilité accrue du travail à horaires égaux avec les autres professions. Par conséquent, on ne doit pas s’attendre à une amélioration de la qualité des soins sur le plan des rapports soignant-patient, mais plutôt à une meilleure efficience des diagnostics et des flux d’informations dans le milieu hospitalier. Parmi les applications les plus usitées citées par ce rapport, mentionnons notamment l’utilisation des SMS pour rappeler les médications et les horaires d’administration aux patients, une application déjà déployée dans de nombreux centres hospitaliers et qui rapporte d’ores et déjà de coquets bénéfices aux éditeurs de solutions. Selon Wireless Healthcare, on devrait voir apparaître dans les prochains mois une nouvelle génération de produits d’e-santé fondée sur l’emploi du sans fil et de la RFID, ceci permettant également au patient de maîtriser le suivi des diagnostics effectuées sur lui et lors d’ainsi avoir une part active dans son traitement. Des entreprises telles que CardGuard et Vitaphone proposent des suites d’applications d’e-santé permettant de contrôler la tension artérielle, le rythme cardiaque et la glycémie du patient, ce avec ou sans assistance d’un praticien. Comme le souligne Peter Kruger, senior analyste auprès de Wireless Healthcare : “Il y a dix ans, lorsque les sites d’informations médicales sont apparus sur Internet, personne n’y croyait. Mais ces sites se sont nettement professionnalisés et proposent désormais des approches de diagnostic qui aident réellement les praticiens lorsque ceux-ci sont appelés chez le patient. Lorsqu’ils arrivent, ils possèdent d’emblée une batterie de tests déjà effectués qui leur permettent d’aboutir plus rapidement à leur diagnostic. La question n’est désormais plus ?Docteur, qu’est-ce que j’ai ?? mais plutôt ?quand commence-t-on le traitement approprié ??. Bref, le-diagnostic devrait connaître de beaux jours, tout du moins tant que l’auto-médication ne s’en mêle pas!”


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur