L’e-marketing séduit les annonceurs

Régulations

Qu’importent les dérives de l’Internet, le marketing en ligne séduit les marketeurs américains. Visite guidée?

La publicité en ligne séduit de plus en plus d’annonceurs. Mais parmi les outils mis à leur disposition, quels sont ceux qui retiennent leur attention ? Une étude de JupiterResearch apporte son lot de surprises.

Décidément, les liens sponsorisés sur les moteurs de recherche ont le vent en poupe ! 77% des annonceurs ont retenu cette tactique marketing, et 15% envisagent de les utiliser. Ce qui porte à 92% l’intérêt des annonceurs pour les liens contextuels proposés en résultats aux requêtes des internautes. Difficile de faire mieux, mais pire, pourquoi pas ? Malgré les dérives du spam, du phishing et des courriers vérolés, 71% des annonceurs continuent de faire confiance aux e-mails, et 12% envisagent de les utiliser. La loi américaine, qui a opté pour l’opt-out, c’est à dire l’e-mail non sollicité avec option de désinscription volontaire de l’internaute, va continuer de faire des ravages ! L’outil marketing qui monte, ce sont les liens sponsorisés sur les pages de contenu, qui retiennent l’attention de 56% des annonceurs. Proches des liens sur les moteurs, et issus des mêmes services (AdWords ou Overture), ils font l’objet d’un intérêt soutenu de la part des annonceurs, car ils sont ciblés à partir du contenu éditorial des pages sur lesquelles ils vont s’afficher. D’ailleurs 20% des annonceurs envisagent de les utiliser. La publicité classique – bandeaux, rich media, etc. ? a toujours ses adeptes, 55%, et ses candidats, 14%. La publicité en ligne n’a pas fini de toucher les annonceurs, et conserve son potentiel, malgré la concurrence des liens sponsorisés. Mais la plus grosse surprise de l’étude provient des 9% d’utilisateurs des adwares, ces logiciels intrusifs qui dérivent très ? trop ? vite vers les ‘spywares’, les logiciels espions. Certes ils sont proposés par des sociétés comme WhenU qui s’affirment légales, mais ils restent intrusifs? Pire encore, 14% des annonceurs ont confirmé leur projet d’utiliser les ‘adwares’. La justice américaine a validé les services qui ont pignon sur rue, au titre des amendements de la constitution, mais ils représentent une sérieuse menace car ils sont une porte ouverte à tous les excès !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur