Le mBanking aura séduit plus de 500 millions d’utilisateurs en 2013

MobilitéRéseaux

L’intérêt croissant des utilisateurs pour le mBanking pousse les établissements financiers à multiplier les solutions de gestion des comptes en mobilité.

En 2013, 530 millions de personnes dans le monde utiliseront leur téléphone pour gérer leurs opérations bancaires. C’est ce qui ressort d’un nouveau rapport de Juniper Research. Une accélération en regard des 300 millions d’utilisateurs actuels.

L’attractivité du mBanking s’explique notamment par la simplicité des usages et l’accès permanent aux services financiers, quelle que soit l’heure du jour ou de la nuit. Ce qui est susceptible, pour le client, de renforcer le besoin de consultation et de contrôle de ses finances. Par les temps de crise financière qui courent sur l’Europe, notamment, la tendance est appelée à s’accentuer. Particulièrement en Occident où les services sont soutenus par des applications réservées aux smartphones, lesquels s’imposent sur les marchés des pays industrialisés avant de conquérir le reste de la planète.

Enfin, qui dit mBanking dit paiement mobile. À l’achat par SMS ou via la saisie du code de carte bancaire s’ajoutent aujourd’hui les technologies de paiement sans contact avec le NFC (Near Field Communication). Google, avec Wallet, a investi ce marché. Apple, eBay ou encore la ville de Nice, expérimentent les transactions mobiles. Autant d’initiatives qui poussent les acteurs de la finance à développer leurs applications pour smartphones et tablettes iOS et Android.

Une nouvelle opportunité pour les banques

De leur côté, les banques voient dans la mobilité une nouvelle opportunité de développement. Selon le rapport, celles-ci ont très bien compris (et probablement depuis longtemps) comment les services mobiles peuvent améliorer l’efficacité opérationnelle et la fidélisation de la clientèle tout en tirant parti de ce canal de communication à des fins de communication et d’acquisitions. À ce titre, la mobilité s’inscrit donc comme un investissement.

Certaines maisons poussent le bouchon un peu plus loin en proposant leurs propres forfaits de télécommunication mobile. Récemment, BNP Paribas est devenu opérateur de réseau mobile virtuel (MVNO). D’autres établissements s’y préparent comme le Crédit Mutuel ou Cofidis. Un bon moyen de fidéliser durablement le client.

« La ‘banque mobile’ sera l’une des plus grandes réussites de l’industrie du commerce mobile au cours des cinq prochaines années, alors que les consommateurs observent les avantages de l’accès aux services bancaires en mobilité, souligne l’auteur de l’étude Sonia Lalli. Alors que les clients se familiarisent avec les fonctions bancaires de base sur leurs mobiles, un nombre croissant adopteront des transactions bancaires de base permises par les fonctionnalités avancées des terminaux mobiles ‘intelligents’. »

Crédit photo © Robert Lehmann – Fotolia.com


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur