Le micropaiement utilisé pour acheter de la musique dans 20% des cas

Cloud

Le micropaiement est un excellent moyen de monétiser un site. Allopass évalue la portée de ce phénomène.

Allopass, un des spécialistes français du micropaiement, vient de dévoiler les résultats d’une étude réalisée par l’IFOP pour Hi-media.

Ce mode de rémunération est très apprécié par les webmasters, car facile à mettre en œuvre et peu contraignant. Ce critère est également repris par les internautes, puisque 82 % des Français et 76 % des Américains considèrent que le micropaiement permet d’accéder rapidement aux services souhaités.

En France, 27 % des utilisateurs y ont recours pour participer à des jeux en réseau, ou télécharger des jeux; 24 % pour télécharger des documents; 23 % pour des petites annonces et plus de 20 % pour acheter de la musique.

Les adeptes de ce mode de paiement effectuent en moyenne 3,4 transactions par mois. Un chiffre plus bas qu’aux États-Unis, où il atteint les 6 transactions mensuelles. Allopass explique ce phénomène par la richesse de l’offre outre atlantique et la plus grande ancienneté des services proposés. Notez qu’aux États-Unis, le micropaiement est utilisé à 36 %

pour la

musique, à 30 % pour l’achat de biens virtuels et à 25 % pour les jeux.

« Ce premier baromètre souligne clairement ce que nous constatons auprès de nos clients au quotidien », explique Éric Giordano, directeur général d’Allopass. « Les secteurs du jeu et des services de la vie quotidienne (petites annonces, presse, informations légales) représentent en effet une forte proportion de nos clients pour qui le micropaiement est aujourd’hui la principale source de revenus, sur un modèle de paiement à l’acte. »

Reste un domaine où le micropaiement est largement utilisé, et qui est toutefois masqué dans cette étude : le téléchargement de films et images à caractère pornographique. Un marché qui dérange ?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur