Le ‘.net’ restera sous la houlette de Verisign…

Régulations

L’Icann a renouvelé à Verisign sa confiance pour la gestion du domaine ‘.net’ -malgré un certain dossier… Pour six ans encore

Le troisième suffixe des domaines Internet – .net ? revient à Verisign. Cette attribution très controversée n’avait pu être obtenue jusqu’à présent, faute de consensus au sein de l’Icann (

Internet Corporation for Assigned Names and Numbers). Controversée par certaines actions de Verisign dans le passé, qui ont entraîné des levées de boucliers de la part des communautés Internet. Controverse, aussi, de la part des autres candidats. L’Icann a fait appel à Telcordia Technologies Inc., une société indépendante, pour évaluer les candidats, qui a rendu en mars dernier un rapport qui critiquait tous les opposants à Verisign, sans apporter de critique à ce dernier qui pourtant est très loin de faire l’unanimité. A la demande de l’Icann, Telcodia a rendu en mai un second rapport, dont les conclusions sont identiques, et de nouveau sans prise en compte des critiques. Avec la gestion des domaines ‘.com’ et ‘.net’, Verisign contrôle à lui seul la moitié des domaines enregistrés, et donc la part la plus importante du volume des trafics Internet d’un ordinateur à l’autre. Une présence qui ne laisse pas d’inquiéter de nombreux acteurs du marché. Surtout après l’affaire du détournement des noms mal orthographiés voici deux ans. Le “registrar” ré-orientait à l’époque l’internaute vers son moteur de recherche -acte commercial- plutôt que vers la traditionnelle page d’erreur. La gestion des ‘.com’ rapporte annuellement 200 millions de dollars à Verisign, auxquels viendront se cumuler 25 millions avec ‘.net’, dont il a la gestion depuis 2000, avec le rachat de Network Solutions qui gérait ce domaine depuis 1993. Seul changement, une baisse des prix. La ré-attribution s’accompagne d’une réduction: de 6 dollars par nom et par an pour chaque ‘.net’ et ‘.com’, Verisign s’est engagé à l’abaisser à 4,25 dollars pour le ‘.net’, dont 75 cents reversés à l’Icann.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur