Le NFC incontournable à terme sur les transactions mobiles?

Logiciels

A l’horizon 2015, le NFC devrait s’imposer sur les terminaux mobiles comme la technologie de paiement sans contact de référence. A condition que le marché suive.

L’ouverture publique de Google Wallet, l’application de paiement mobile de Mountain View, a fait monter la pression d’un cran sur les acteurs du secteur. Paypal a lancé son propre service de paiement mobile, les opérateurs américains AT&T, T-Mobile et Verizon se penchent sur le système concurrent Iris, tandis que, en France, Bouygues Telecom, Orange, SFR viennent de lancer Buyster, une solution de paiement fixe et mobile avec prélèvement direct sur le compte bancaire du client.

Il n’en reste pas moins que le NFC (Near Field Communication, une technologie de communication sans contact à courte portée), la solution sur laquelle s’appuie l’offre de Google, devrait s’imposer rapidement sur le marché, les constructeurs de terminaux mobiles étant plutôt enclins à l’adopter. Selon une étude de Informa Telecoms & Media, le nombre de terminaux supportant le NFC devrait passer de 44 millions en 2011 à 630 millions en 2015.

71 milliards de dollars en 2015

Si les prévisions de la société d’analyses et services stratégiques dans le secteur des télécoms sont bonnes, les terminaux compatibles NFC représenteront 40 % de tous les téléphones mobiles (contre 3,5  % aujourd’hui). Soit une bonne base pour pousser les commerçants à s’équiper en solutions physiques (bases de paiements sans contact) ou logicielle pour les offres en ligne. Le chiffre d’affaires généré à partir des paiements en NFC s’élèvera alors à 71 milliards de dollars en 2015, contre à peine 2,4 milliards (tout de même) cette année. Une activité essentiellement concentrée en Asie (pour 90 % des transactions sans contact) qui se déplacera sur l’Europe occidentale et en Amérique du Nord où seront issue 40 % du marché des services mobiles NFC.

Fort de son innovation, Google devrait être le principal bénéficiaire (en tant qu’acteur significatif de la chaîne de valeur de l’offre). « Nous prévoyons qu’Android sera utilisé dans la majorité des combinés NFC à partir de 2012 et plus de 75 % des téléphones NFC sont prévus pour être des smartphones en 2015 », estime Shailendra Pandey, analyste senior chez Informa.

Le succès du NFC au bon vouloir des commerçants

Il est vrai que, outre sa simplicité, Google Wallet se distingue par sa capacité à gérer des bons promotionnels, des système de contrôle d’accès et autres gestion de titres de transports. Mais, à l’exception du Nexus S, peu de terminaux sont aujourd’hui équipés du NFC. Et Apple, qui pourrait pousser l’adoption de la technologie, semble hésiter sur la stratégie à adopter (du moins jusqu’à l’arrivée de l’iPhone 5 qui comblera peut-être l’interrogation).

Le succès de l’offre dépendra également du taux d’équipement des commerçants. Et, sauf émergence soudaine d’un standard, si possible international, il est à parier que le marché du paiement mobile passera par une longue période d’attentisme le temps que se dégage un consensus. Enfin, il faudra aussi démontrer l’intérêt des utilisateurs finaux pour le paiement sans contact depuis les smartphones…

(Article mis à jour le 06/10/11 : le paiement via Buyster se fait par prélèvement sur le compte bancaire, pas sur la facture de l’opérateur contrairement à ce qui était indiqué précédemment.)


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur