Le patron de l’Icann va rendre son tablier

Régulations

A la fin de l’année 2009, Paul Twomey, p-dg de l’organisation va quitter son poste

Toutes les choses ont une fin. Paul Twomey, le p-dg de l’Icann, l’instance internationale chargée des noms de domaine sur Internet, a décidé de quitter son poste à la fin de l’année 2009.

Le futur ex-patron de l’Icann a fait part, lors de la 34ème réunion de l’association de nommage à Mexico, de son envie de ne plus occuper son poste à partir de la fin de l’année.

L’année dernière j’ai dit au conseil d’administration que je n’avais plus envie de renouveler mon contratde trois ans en tant que directeur du conseil d’administration et p-dg. (…) Même si je suis profondément et personnellement attaché à l’Icann et à ses succès, je pense qu’il s’agit du bon moment pour aller vers un autre poste à responsabilité dans le privé ou dans les secteurs internationaux”, a expliqué Paul Twomey.

Vint Cerf, ‘chief internet evangelist’ chez Google voit dans le départ d’un grand acteur du Web. “Nous avons une grande dette envers lui pour son long et sincère dévouement à l’Icann. Je le remercie personnellement pour les conseils prodigués lorsque j’étais membre du bureau[de l’Icann]”.

Arrivé à la tête de l’Icann en 2003, Paul Twomey, a été l’un des architectes de la montée en puissance de l’Icann et de sa transformation en acteur incontournable du Web. Mais pas seulement.

La firme a souvent été critiquée pour sa mainmise sur l’attribution des noms de domaine. Malgré les efforts entrepris par l’organisation, notamment par Paul Twome,y pour se débarrasser de sa réputation d’organisme à la solde du gouvernement américain, l’Icann souffre toujours cette proximité supposée.

Par ailleurs, son départ intervient au moment où l’Icann annonce sa révolution culturelle. En juin dernier, l’instance créait la surprise en annonçant la libéralisation des noms de domaine. Le principe : pouvoir déposer n’importe quelle extension web comme par exemple des .amour, .maison, .voiture etc… Une décision qui va concurrencer le marché des .com, .net et autres extensions géographiques (.fr, .uk, …).

La mesure était attendue car elle permettra de mettre en place des noms de domaines génériques et donc de personnaliser un peu plus les adresses Web. D’autant plus que certaines extensions génériques commencent à être saturées. Mais qui pilotera cette évolution qui devrait constituer une nouvelle manne financière pour l’Icann ? L’organisme se rémunère sur chaque nom de domaine vendu dans le monde à travers d’autres sociétés. Une activité qui représente 95 % du chiffre d’affaires de cette organisation à but… non lucratif.

Si Paul Twomey a précisé la date de son départ, il n’a en revanche pas indiqué le nom de son probable successeur.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur