Le retour de Google Web Accelerator

Régulations

Cette application qui permet d’accélérer l’affichage des pages web avait fait scandale. Le moteur a revu sa copie

Google persiste et signe: six mois après sa disparition, le géant du Net propose à nouveau au téléchargement le très controversé Google Web Accelerator (GWA).

Souvenez-vous, en mai dernier, cette application qui permet d’augmenter sensiblement l’affichage des pages Web avait suscité un véritable flot de critiques. Le groupe avait dû le retirer de ses pages à peine trois jours après son lancement. Si l’idée semblait séduisante, elle avait déchaîné les défenseurs de la protection de la vie privée puisque des données potentiellement privées des internautes remonteront dans les serveurs du géant américain. Une remontée qui n’est même pas contestée: le groupe expliquait que ses serveurs reçoivent et inscrivent dans un journal la liste des sites Web visités. Ce qui n’est franchement pas rassurant. Autre problème repéré par le site BetaNews.com et 37signals.com, et relayé par les sites spécialisés : GWA serait frappé de cécité. L’outil en cliquant partout sur une page cible afin d’accélérer le chargement des pages suivantes, ignorerait les confirmations d’annulation ou de suppression Javascript effaçant ou annulant ainsi des messages dans les forums Internet. Des utilisateurs qui testaient l’outil observaient ainsi leurs messages effacés à peine saisis. Six mois après son retrait, Google affirme que le nouveau GWA est transparent et ne pose plus de problèmes techniques. Ainsi, il n’est pas utilisé avec les adresses sécurisées (https) et avec celles qui contiennent des requêtes. Pour autant, GWA provoque toujours la méfiance. Des webmestres et développeurs dénoncent le fait que cette nouvelle version n’inclut pas les “tags”, qui permettaient aux serveurs des sites visités d’identifier le logiciel, et, le cas échéant, de lui refuser l’accès à des données sensibles.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur