Le ‘roi du spam’ accepte de payer 7 M$ à Microsoft

Régulations

Scott Richter, considéré comme le plus gros ‘spammeur’ de la planète, a proposé 7 millions de dollars à Microsoft contre l’abandon des poursuites qui pèsent contre lui

La méthode Microsoft pour régler les conflits ‘à l’amiable’ en payant ‘cash’ fait des émules, y compris chez ses protagonistes.

Poursuivis depuis 2003 par Microsoft, Scott Richter et sa société OptInRealBig.com sont accusés par Microsoft d’avoir “envahi ses serveurs et ralenti son trafic” avec des messages non sollicités. A une époque pas si lointaine où les Etats-Unis commençaient à être les premiers producteurs de ‘spams’ mais avec des manoeuvres de délocalisation, comme en Chine, Scott Richter aurait expédié des millions de ‘spams’ dans 35 pays. Microsoft, appuyé par le cabinet de conseil Spamhaus Project qui en 2003 avait classé Scott Richter parmi les trois spammeurs les plus nuisibles au monde, réclame la bagatelle de 40 millions de dollars de dommages et intérêts ! Depuis la fin mars, OptInRealBig.com est acculé au dépôt de bilan. Dans un communiqué, le ‘roi du spam’ a précisé “qu’il ne pouvait plus mener son activité dans des conditions normales, à cause des pressions subies et des actions en justice qui pèsent contre lui notamment de la part de Microsoft“. SpamKing veut donc négocier avec Microsoft pour sauver son entreprise. Il propose à l’éditeur de régler l’affaire à l’amiable, en lui versant 7 millions de dollars. Une offre accompagnée d’un engagement de ne plus envoyer de courriels non sollicités, avec une période d’observation de trois ans. Microsoft n’a pas encore réagi officiellement. Mais cette affaire apporte une réponse claire à l’une des principales questions que l’on se pose à propos du ‘spam’ : ça rapporte !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur