Le ‘spam’ sert à vendre des logiciels piratés

Sécurité

Dernière tendance du classement ‘Spam Index’ de Clearswift sur mai 2004: la vente à prix cassés de logiciels piratés se développe très fort

Clearswift vient de publier son ‘Spam Index’, le classement mensuel, par thème, des ‘spam’ – ces e-mails non sollicités au contenu douteux, transporteurs de virus.

Selon l’éditeur de solutions professionnelles anti-‘spam’, les produits pour la santé continuent de dominer le ‘spam’, avec 54,4% de l’ensemble des messages spammés. Un volume inquiétant, qui démontre que l’internaute reste bien crédule, et qui est à rapprocher des dangers de la pharmacie en ligne (lire notre article). Le ‘spam’ financier occupe la seconde place, avec 24,6%. Longtemps marqué par le ‘scam‘ (0,2%) provenant généralement d’Afrique – une forme de ‘spam’ qui recouvre des offres de partenariats financiers du type une part d’héritage contre une participation de 10.000 dollars ? le spam à caractère financier voit apparaître depuis mars dernier un nouveau type d’offres illégales de conseils d’investissement dans des actions de très faible valeur. Le ‘spam’ pornographique ou offensant se maintient à 5,4%. L’actualité de ces derniers jours a plus particulièrement illustré la dérive raciste de cette dernière forme de ‘spam’ en Allemagne (lire notre article). Mais le fait le plus marquant de ce classement de mai 2004 provient, selon Clearswift, de la hausse soudaine des ventes directes, 4,6% du volume de ‘spam’, et plus particulièrement des offres de logiciels à bas prix. Ces offres seraient particulièrement attractives, avec des prix cassés qui ne peuvent que cacher une nouvelle forme de distribution des logiciels contrefaits. “Même si les prix proposés pour ces logiciels peuvent paraître incroyablement attractifs, nous conseillons fortement aux destinataires de ces messages non sollicités de ne jamais cliquer sur les liens qu’ils contiennent” a déclaré Alyn Hockey, directeur de la recherche de Clearswift. “Non seulement le logiciel peut être illégal, mais ces liens peuvent aussi contenir des virus laissant votre PC et le réseau de l’entreprise grand ouverts à des intrusions indésirables“.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur