Le W3C veut démocratiser les applications web vocales

Logiciels

Le but est de fournir un meilleur accès au web, mais aussi de favoriser de nouvelles applications

Le Consortium World Wide Web (W3C) vient de lancer un nouveau standard, qui vise à simplifier le développement d’applications web intégrant une partie vocale (reconnaissance vocale ou synthèse vocale).

Le lexique de prononciation PLS 1.0 (Pronunciation Lexicon Specification) permettra de piloter les applications web par la voix, en fournissant des dictionnaires de prononciation standard.

« Les lexiques de prononciation standard constituaient une pièce manquante dans la plate-forme d’interface vocale du W3C », explique Paolo Baggia, directeur des standards de Loquendo et éditeur de la spécification PLS 1.0. « Je suis très satisfait d’avoir activement contribué à la mise en place de PLS, et de savoir qu’à partir de maintenant, il est possible de créer des applications vocales ‘100% standard’. »

Cette technologie permettra de généraliser les interfaces répondant aux besoins des handicapés visuels, mais aussi à la problématique d’alphabétisation qui touche certains pays. Le W3C n’en est cependant pas à son coup d’essai en la matière. Ainsi, plus de 85 % des applications à réponse vocale interactive pour téléphone (portable ou non) utiliseraient déjà le standard VoiceXML 2.0 du consortium.

Selon James A. Larson, coanimateur du groupe de travail navigateur vocal, « la reconnaissance vocale n’est pas encore couramment associée au ‘Web visuel’, mais cela évoluera d’une part avec la taille sans cesse réduite des terminaux qui fait que les petits claviers sont de moins en moins pratiques à utiliser, et d’autre part avec le développement des téléphones cellulaires dans des régions où le taux d’alphabétisme est bas ».


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur