Le Walkman de Sony souffle ses 30 bougies… les dernières?

Cloud

En 1979, la firme Nippone changeait le quotidien de milliers de personnes avec la sortie du Walkman. Depuis sa création les temps ont bien changés, mais le baladeur reste bel et bien présent.

Le walkman ou quand la musique se fait portative. Sony a créé ce que l’on appellerait aujourd’hui le buzz, à la fin des années soixante-dix, avec la sortie de son magnétophone portable. Ce nouvel appareil alliait pour la première fois nomadisme et musique. Habillé de bleu et de gris, il s’était mis aux couleurs des blues jeans très en vogue à l’époque. Qui ne se souvient pas avoir essayé de glisser son walkman (encore un peu épais à ses débuts) dans la poche de son jean? La génération née après 1990, très certainement. On était loin de la musique numérique, téléchargée en une poignée de secondes. Pour capturer une chanson (et c’est le mot), le mélomane devait s’armer de patience et attendre la fin de la « réclame » à la radio, avant d’appuyer sur la touche « Rec ».

Ce fut une véritable success story pour le produit du géant japonais. En 1995, plus de 185 millions de Walkman avait été vendus. Pas mal pour un appareil qui avait été conçu au départ, par un ingénieur nippon, afin de satisfaire son patron qui désirait continuer à écouter de l’opéra, lors de ses longs déplacements vers les Etats-Unis. La paternité du concept de lecteur audio portatif a pourtant été revendiquée par un germano-brésilien, Andreas Pavel. Mais ce dernier n’a jamais vraiment réussi à faire respecter le brevet de son invention, le stereobelt. Ce sera finalement, l’ingénieur japonais Akio Morita, fort de bonnes intentions envers son employeur, qui donnera le top départ au fameux walkman.

Depuis, la création de Sony a été bouleversé par les nouvelles technologies. La firme japonaise n’avait peut-être pas vu arriver le XXIe siècle et l’américain Apple débarquer sur son territoire, avec le désormais célèbre iPod et son magazin en ligne iTunes. A l’heure du numérique, les concurrents sur le marché des lecteurs portatifs se sont multipliés, et Sony a redoublé d’effort pour refaire surface dans le domaine. En vain. Le walkman est maintenant un téléphone portable commercialisé par Sony-Ericsson. Belle pirouette qui a permis de ne pas relayer ce dernier au rang des antiquités. Mais après tout…, «L’iPod n’est jamais qu’une évolution du Walkman», selon le PDG de Sony, l’américain Howard Stringer.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur