La convergence aux premières loges du Lenovo Innovation Day

Poste de travail
La convergence aux premières loges du Lenovo Innovation Day

Lenovo se complaît dans la convergence et unit ses postes de travail sous l’égide du concept « PC Plus », des ultraportables ThinkPad aux stations de travail en passant par la gamme ThinkCentre et son nouveau tout-en-un tactile.

Lenovo joue la minutie pour orchestrer avec à-propos le renouvellement de ses gammes d’ordinateurs portables et de stations de travail professionnels, ancrés dans une ère de convergence dénommée « PC Plus ».

Aux côtés de ces produits haut de gamme vantés sous la bannière de l’Intel Ivy Bridge et d’une myriade de technologies brevetées par la maison, le tout-en-un ThinkCentre M92Z, loin des processeurs Xeon, des cartes graphiques Nvidia Quadro et des 128 Go de RAM caractéristiques de ses congénères, semble un tantinet isolé du reste de la meute. Sa présence est pourtant tout sauf anodine : il ne constitue ni plus ni moins que le symbole d’une irrévocable transition, destination des horizons tactiles censés ouvrir la voie vers une expérience connectée de tous les instants, jusqu’en entreprise.

Le concept n’est pas sans rappeler l’ère du post-PC que prône Tim Cook (Apple). À ceci près qu’il n’est pas question de substituer la tablette numérique au poste de travail conventionnel, dans lequel Lenovo entrevoit a contrario un noyau d’action autour duquel graviteront des terminaux mobiles. L’ensemble interagira principalement par le biais du cloud, avec en toile de fond une stratégie dite des « quatre écrans » : PC, smartphone, tablette… et Smart TV pour les foyers.

Des visées claires et nettes

Point trop n’en faut pour satisfaire aux exigences de l’utilisateur. L’essentiel est d’adresser la demande. Le credo est sans ambages et les rouages de la démarche, huilés à l’appui de force retours client qui ont notamment porté à 17 % le taux de panne des produits de la marque, contre 27 % pour HP (étude de fiabilité du cabinet TBR).

Des tests de solidité ont été menés avec le concours du ministère de la Défense. Pour donner un peu de saveur à une convergence que le gros des constructeurs s’est plu à adapter à sa sauce, Lenovo s’est par ailleurs attaché à simplifier l’expérience finale, avec en point de mire Windows 8 et une hybridité gage de polyvalence, pour autant d’usages réinventés.

Les monoblocs feront bonne figure dans la démarche, au même titre que les ultraportables. Au dernier pointage, Lenovo, avec sa gamme ThinkPad, détient 27,4 % du marché mondial sur ce segment, contre 23,2 % pour HP (Gartner, premier trimestre 2012). Les atomes crochus entretenus avec Intel en ont fait un pionnier de l’Ivy Bridge, qui ouvre la porte à de nouvelles conceptions de la mobilité : puissance accrue de la puce graphique intégrée (de l’ordre de 70 %), expérience sans fil renforcée avec le Wireless Display (WiDi), finesse de gravure à 22 nm pour une meilleure autonomie, fonctionnalités de sécurisation anti-theft et vPro, etc.

Des arguments pour les grands comptes

Passé ces quelques technologies propriétaires qui ont fait l’objet d’une validation connexe de brevets, notamment l’optimisation du délai d’initialisation avec Enhanced Experience 3, la recharge de la batterie à 80 % de capacité en une demi-heure avec Rapid Charge et le refroidissement à l’appui de Cooling Ice Engine, Lenovo affiche désormais un goût prononcé pour les dalles mates et la technologie IPS. L’empreinte du haut de gamme transparaît jusqu’à octroyer aux ultraportables une place à part. Témoin la nouvelle version du ThinkPad X1 et son châssis en fibre de carbone, pour moins d’un kilo et demi sur la balance, en 14 pouces.

Directeur commercial grands comptes pour la zone EMEA, Stéphane David évoque dans cet esprit une complémentarité des notebooks et des stations de travail, constitutifs d’un écosystème qui laisse néanmoins les PME sur le carreau. « Le segment Small Business (SMB) n’est effectivement pas encore notre cœur de cible », confirme-t-il. En quatre années d’exercice dans les stations de travail, sur un modèle de vente essentiellement indirect (90 % du volume), Lenovo a tout de même accaparé 8 % du marché mondial et près de 15 % en France, avec des parts doublées tous les ans.

Ses perspectives pour 2012, la généralisation du Small Form Factor. Ambassadrice de la démarche, le ThinkCentre E31, machine d’entrée de gamme pensée tel un pont entre ordinateurs et stations de travail, particulièrement dans la finance ou l’éducation. Pour davantage de puissance, il conviendra de se tourner vers les C30 et D30, en biprocesseur. Le concept du sans-outil est toujours en vigueur, au même titre que l’optimisation des flux d’air par le creusement d’alvéoles à même le châssis.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur