Lenovo renforce la sécurité de sa solution de gestion de parc SMC

Réseaux

Avec le version 2.0, Secure Managed Client 2.0 introduit la fonction Pristine Image Support qui permet de réinitialiser l’état de la machine à chaque démarrage.

« Lenovo est de retour », annonce Catherine Ladousse, directrice marketing et communication pour l’Europe en évoquant les bons résultats du deuxième trimestre fiscal (4,1 milliards de dollars) et le retour à la profitabilité du groupe (43 millions de dollars) à l’occasion de son «Innovation Tour» européen. Un « retour » qui se distingue par l’annonce de 3 produits, essentiellement, en direction des entreprises : le ThinkCenter A70z, premier tout-en-un du constructeur pour l’entreprise, des ThinkPad qui seront présentés plus tard et le Secure Managed Client (SMC) en version 2.0.

SMC est une solution complète, matérielle et logicielle, de gestion de parc informatique. Elle se compose d’une (ou plusieurs) baie de stockage (qui héberge données, machines virtuelle et images systèmes), de terminaux desktop ThinkCenter sous technologie vPro et VT d’Intel (chipset M58p contre M57 précédemment) et de l’ensemble des logiciels de gestion. « En moyenne, une baie permet de gérer 100 postes clients », soutient Nicolas Bois, chef produit software et virtualisation chez Lenovo France.

Déployé en connexion iSCSI SAN, les PC clients peuvent s’affranchir de disque dur. Au démarrage de la machine, la session est assurée par une demande de login en SSO (Signe Sign On). Il s’agit donc d’une solution de stokage déportée avec les avantages afférents : gestion centralisée, donc simplifiée, des systèmes (il suffit de récupérer l’Active Directory et d’attribuer aux utilisateurs, ou aux postes physiques, les images système dévolues); données sécurisées (système de redondance Raid5) et conservation des performances de calculs et graphiques propres aux postes clients. L’ensemble est géré par Landesk. « Mais il n’y a pas d’incompatibilité avec les outils courant de gestion distants », précise Nicolas Bois.

Par rapport à la version 1.2, SMC 2.0 innove par l’introduction de l’option «Pristine Image Support». Celle-ci réinitialise l’état de la machine à chaque démarrage qui charge la même image. Ce qui la débarrasse tant des malwares éventuellement ramassés lors de la précédente session que des fichiers temporaires (et les informations personnelles qu’ils peuvent contenir). Autre innovation, le renforcement des fonctions de redondance. La réplication synchrone des baies pour sauvegarde des données se fait en temps réel. De plus, la duplication des contenus permet aux utilisateurs de continuer à travailler même si la connexion initiale n’est plus disponible.

Notons également une fonction d’auto-détection automatique de la baie des nouveaux postes de travail (qui simplifiera la vie de l’administrateur qui n’a plus besoin d’être préalablement informé de la nouvelle installation pour l’activer) et l’élargissement au support de nouvelles langues nordiques et asiatiques (utilisant des jeux de caractères à deux octets, DBCS). Enfin, l’hyperviseur SMC 2.0 optimise automatiquement la qualité de service des applications VoIP. Une plate-forme idéale « pour les centres d’appels ou les grandes entreprises qui s’appuient largement sur les technologies VoIP pour leurs communications téléphoniques », selon Lenovo.

Cette solution entend répondre aux exigences des clients qui cherchent des solutions simples à déployer tout en conservant les avantages d’un PC de bureau par rapport aux clients légers, notamment pour profiter de leur évolutivité en se réservant la possibilité d’intégrer des cartes additionnelles. D’autant que le constructeur chinois met en avant des retours sur investissement plus rapides qu’avec des environnements en clients léger. Selon Lenovo, le coût d’exploitation de la solution s’élève à 130 dollars par an et par poste (après investissement de 500 dollars par poste) contre 400 dollars par an/poste pour une solution client léger pour un parc de 150 machines. A condition de disposer d’un réseau Gigabit Ethernet nécessaire pour assurer la qualité des flux de données nécessaires aux applications virtualisées.

Construite autour de processeurs Intel Xeon E5205 (1066 MHz de FSB, 6 Mo de cache L2), la baie SMC 2.0 est proposée en version 6, 9 ou 12 To avec 6 ports Gigabit Ethernet iSCSI. Elle sera disponible en France à partir de février 2010.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur