Léo Apotheker chez HP: 1er bonus de 6 M$ et enveloppe de 52 M$. Réactions…

Logiciels

Tandis qu’ici les analystes planchent sur la nomination surprise de Léo Apotheker (ex SAP) à la tête de HP (Hewlett Packard), tout Wall Street parle de son “cachet’. Et Larry Ellison, Oracle, reste “sans voix”

L’arrivée de Léo Apotheker comme CEO de HP continue de susciter des commentaires. Globalement positifs. Les analystes, surtout de ce côté-ci de l’Atlantique, considèrent que, malgré son âge (57 ans), l’ancien p-dg de SAP va apporter du sang neuf (cf. analyses: ‘Léo Apotheker va ouvrir vers autre chose‘  et ‘ HP, un souffle nouveau‘  . Viré de façon un peu cavalière [ne lui aurait-on pas mis sur le dos la mauvaise ambiance interne découlant des pressions dues à la crise 2008-2009? ]. Sa nomination à la tête du géant mondial de l’informatique (numéro un ou numéro 2 ?)  est plutôt bien accueillie.

Mais déjà des chiffres circulent du côté de Wall Street – qui ne manqueront pas d’être repérés, auscultés, enregistrés par les formations syndicales.
Quand certains analystes s’interrogent sur ses motivations, compte-tenu de son âge, et ses lignes stratégiques probables (orientation vers les plates-formes applicatives: cf. analyses de Duquesne Group et de PAC), d’autres disent connaître les (excellentes) conditions financières du contrat du nouveau CEO, qualifié par le Wall Street Journal de “European lover of French wines” (!) – qui relève également qu’il n’a jamais vêcu aux Etats-Unis (!) et qu’il a peu d’expérience de la ‘Bay Area’ tech scene [entendons la “Silicon Valley, San Francisco]…

Et de déballer ensuite son salaire, son bonus annuel, ses stock-options! – un “package” généreux supérieur à celui de son prédecesseur, Mark Hurd.” Le Wall Street Journal pose aussi la question suivante, il est vrai: “Apotheker peut-il continuer le but suivi par Mark Hurd visant à faire de HP un fournisseur ‘one-stop’ [guichet unique]?”

Leo Apotheker, ex p-dg de SAP, CEO de HP corp
Leo Apotheker, ex p-dg de SAP, CEO de HP corp

Le package de compensation de Léo Apotheker serait de 51,8 millions de dollars, fondé sur la valeur actuelle de l’action HP à 40,07 dollars (au 1er oct. 2010) – croit savoir le cabinet de consultants James F. Reda Associates LLC. Le portefeuille de Mark Hurd était de 32 M$, selon ce même cabinet.
Le salaire de base de Leo Apotheker serait de 1,2 M$, avec un possible bonus de 6 M$ pour la 1ère année. Là, ce serait moins que Mark Hurd, à qui l’on attribuait un salaire de 1,4 M$ et un bonus annuel de 8,4 millions.
En revanche, le bonus d’accueil (signing bonus) d’Apotheker serait de 4 M$, soit le double de celui de Mark Hurd…
Les conditions financières du “package” combineraient à la fois des actions restreintes [restricted shares) et des stock-options restreintes [restricted stock units] liées à la performance.

Discussion sur le profil
Selon ce qui se dit à Wall Street, le conseil d’administration aurait débattu sur le profil du recruté, hésitant entre quelqu’un présentant de solides capacités pour le développement de produits, ou un compétiteur orienté “commercial” capable de réussir contre Oracle.

Léo Apotheker aurait, aux yeux de HP, les deux profils. Erwin Gunst, ex-COO de SAP (parti quelque temps après Apotheker) ainsi qu’un autre ex-collègue de SAP ont louangé le nouveau CEO pour “sa capacité à comprendre les “business” des clients – “brillant sur les ventes et très ‘compétitif’ pour gagner les ‘deals’.”  Ils lui reconnaissent aussi “sa capacité à faire ce qu’il pense être bien, même si c’est impopulaire“.

Apotheker aux analystes: Oracle a aussi sa propre stratégie
Dans un entretien avec les analystes, Léo Apotheker a refusé de parler de la rivalité naissante avec Oracle. Il a botté en touche en évoquant “le large portefeuille et les technologies” de HP. “C’est là où nous allons nous concentrer et je suis sûr qu’Oracle se concentrera aussi sur sa propre stratégie“.

Larry Ellison, Oracle, “sans voix”…
Force est de constater, non sans étonnement, que Larry Ellison (le fondateur d’Oracle) ne s’est pas exprimé. Il aurait seulement envoyé un mot au Wall Street Journal : “Cette nomination me laisse sans voix [“speechless”]. Les salariés, clients, partenaires et actionnaires suffiront“. Insolite commentaire de bienvenue.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur