Léo Apotheker : “SAP a pris des mesures pour répondre à la crise économique actuelle”

Logiciels

La TechEd 2008 de Berlin se termine. Pendant ces trois journées, SAP a présenté de nouvelles initiatives, mais aussi fait un point sur la situation financière de la compagnie

Berlin – La TechEd 2008 de Berlin se déroule du 14 au 16 octobre. Faisons tout d’abord un point sur les chiffres clés de cet évènement : 4.500 inscrits, 750 sociétés présentes, plus de 300 intervenants, plus de 530 séances techniques, plus de 300 séances générales et – enfin – un espace de démonstration animé par 32 partenaires, dont de grands noms du monde des serveurs, de la virtualisation, du logiciel et du service. Ouf !

Lors de la keynote d’ouverture, Zia Yusuf, vice-président exécutif, Global Ecosystem and Partner Group chez SAP, rappelle quelques fondamentaux : 470 exaoctets d’informations ont été générés en 2008. Plus de 1,9 milliard de dollars de transactions s’effectuent chaque heure et plus de 50 % de ces transactions touchent un système SAP. Avec 75.000 clients répartis dans 120 pays, la compagnie semble donc à l’abri de la crise économique actuelle.

zyayusuf.jpg

Cette dernière touche en premier lieu le secteur financier. Elle a toutefois des répercussions sur toute l’économie. En effet, en fermant le robinet des prêts, les banques étouffent les entreprises, en mal de liquidités. Le secteur financier est également un des gros clients de SAP, ce qui met la compagnie dans une situation encore plus délicate.

Lors d’une rencontre réservée à la presse, Léo Apotheker, Co-CEO de SAP, est revenu sur ces différents points. “Oui, nos revenus sont touchés par la crise, mais nous avons pris des mesures pour pallier ses effets, affirme-t-il. Si elle venait à durer, nous sommes parés”. Le Co-CEO de SAP n’en dira guère plus.

Ces restrictions budgétaires vont-elles toucher le développement des produits? Léo Apotheker répond par la négative. Les investissements alors ? À priori non, comme le confirment les investissements importants réalisés ces dernières semaines. “Les investissements vers les pays émergents seront-ils réduits ?”, s’interroge une journaliste russe. Là encore, Léo Apotheker botte en touche : “nous sommes très satisfaits de nos investissements vers l’Asie, la Chine et la Russie.”

leoapotheker.jpg

Zia Yusuf rappelle que cette crise est aussi une opportunité pour SAP. La suite SAP, qui favorise la transparence et l’efficacité des entreprises (le concept de « Best Practices », appliqué au monde des entreprises, en quelque sorte), pourrait fort devenir un élément stratégique pour celles-ci.

Une nouvelle dimension humaine ?

Effet de la crise (ou pas), les dirigeants de SAP ont ajouté une nouvelle corde à leur arc, qui pourrait ressembler à une certaine forme d’humilité. À la question d’un blogueur qui remarque que “si SAP favorise le développement communautaire autour de ses produits, le ticket d’entrée pour acquérir les outils de développement et de test est bien trop élevé”, Zia Yusuf répond sans détour : “pour le développeur, l’offre du SDN (SAP Developer Network) doit progresser. Nous allons prochainement offrir de nouvelles solutions, plus accessibles.”

Même ton lorsque nous interrogeons Vinay Iyer, vice-président SAP CRM à propos de de CRM 2007 : “nous allons renforcer nos efforts dans trois domaines : intégrer les actifs de Business Objects, travailler le côtémulti-channelde notre offre et améliorer les fonctions de collaboration et d’accès aux réseaux sociaux”. Tout un programme.

teched2008sessions.jpg


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur