Les ados auteurs d’un Trojan échappent à la prison

Sécurité

A 16 ans, il est l’auteur britannique du cheval de Troie Randex. Originaires des US et du Canada, ils ont cherché à vendre les adresses des PC infectés par Randex. Ils ne doivent qu’à leur jeune âge de n’avoir pas été condamnés à des peines prison !

Le cheval de Troie (

Trojan) Randex s’attaque aux sites d’e-commerce et entraîne des dénis de services distribués (DDOS ou distributed denial of services). Plusieurs sites de la côte ouest des Etats-Unis ont déposé une plainte collective, cumulant une perte de revenus de plus de 2 millions de dollars suite aux attaques. En Allemagne, un étudiant découvre au hasard de sa navigation en ligne une offre étrange. Des adolescents britanniques, américains et canadiens vendent en ligne les adresses IP des PC infectés par Randex. Un marché qui intéresse au premier plan les spammeurs. Remontant la piste qui s’offre à lui, l’étudiant découvre l’auteur du cheval de Troie, qui le distribue en Grande-Bretagne. Et il avertit Scotland Yard. Il n’en faudra pas plus à la police britannique pour découvrir l’ensemble de la filière. Aucun des contrevenants n’a écopé d’une peine de prison immédiate, au bénéfice de leur âge, ce sont tous des adolescents ! L’auteur de Randex a cependant été condamné à 6 mois de prison, suspendus à une période probatoire. Au-delà de l’aspect pas si anecdotique que cela d’ados auteurs d’attaques virales, cette affaire vient rappeler la dérive mafieuse de l’économie underground des virus et du spam. Mais surtout le fonctionnement en réseaux des pirates, hackers, spammeurs et autres ‘phishers, qui s’échangent les adresses des postes vulnérables, et vont jusqu’à s’affronter pour le contrôle des PC Zombies !


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur