Les appareils M2M majoritairement en haut débit en 2019

Big DataM2MMobilitéRéseaux

Selon Ericsson, le nombre de modules M2M sera multiplié par plus de 3 d’ici 2019. Et 70% d’entre eux fonctionneront sur des réseaux 3G et 4G.

Le nombre d’appareils M2M (Machine to Machine) va être multiplié par 3 à 4 d’ici 2019. Ils devraient donc passé de 200 millions à plus de 600 millions dans le monde d’ici 5 ans. C’est du moins ce qui ressort de son dernier Mobility Report qu’Ericsson a présenté mardi 3 juin. Si aujourd’hui les modules M2M s’appuient essentiellement sur le réseau 2G, ils utiliseront majoritairement (à 70%) les réseaux 3G et 4G en 2019.

Environ 64% des modules M2M s'appuient sur le réseau GSM aujourd'hui. Une proportion appelée à s'inverser en 2019.
Environ 64% des modules M2M s’appuient sur le réseau GSM aujourd’hui. Une proportion appelée à s’inverser en 2019.

 

« Le M2M cellulaire est en train de prendre son envol, explique Rima Qureshi, Senior Vice-Présidente et directeur Stratégie chez Ericsson. Au fil du temps, les applications et services M2M cellulaires liés, par exemple, aux systèmes de transport, nécessiteront des temps de latence très courts pour fonctionner efficacement. D’ici 2019, nous estimons que plus de 20 % des terminaux M2M cellulaires actifs reposeront sur des abonnements LTE (4G). Nous voyons également les nouvelles applications D2D (device-to-device) et M2M comme un enjeu majeur pour les réseaux 5G. »

Trafic mobile multiplié par 10

Le rapport nous apprend également que le trafic mobile sera multiplié par dix entre 2013 et 2019 passant de 1,1 exaoctet par mois à 12 Eo d’ici 5 ans. Au-delà des l’essor du M2M, l’adoption massive des smartphones et des usages multimédia qu’ils entrainent expliquera essentiellement cette hausse de trafic. En 2019, 80% des 9,2 milliards de lignes mobiles actives (6,8 milliards aujourd’hui) seront constituées d’abonnements haut débit. L’adoption des smartphones, qui a constitué 65% des achats de terminaux mobiles sur le premier trimestre 2014, dépassera celle des téléphones standards dès 2016 pour atteindre les 5,6 milliards d’unités en 2019. Ils consommeront alors mensuellement près de 4 fois plus de données qu’aujourd’hui.

ericsson trafic
De 40% en 2013, la vidéo occupera plus de 50% du trafic mobile en 2019.

Si les réseaux LTE/4G couvriront à plus de 65% les régions du globe, de fortes disparités marqueront l’usage du très haut débit mobile. Selon Ericsson, le taux de pénétration des abonnements 4G s’élèvera à 85% aux Etats-Unis contre… 30% en Europe. Avec d’importants écarts entre l’Est et l’Ouest au sein du Vieux continent. L’Europe sera aussi à la traîne des pays d’Asie du Nord-Est où le taux de pénétration des abonnement 4G atteindra les 45% pour une couverture de 95% de la population. La Chine à elle seule devrait compter quelque 700 millions d’abonnés LTE, soit plus de 25% du nombre total d’abonnements 4G dans le monde.

Nouvelles solutions d’orchestration réseau

« Avec la croissance du marché M2M et la multiplication par 10 du trafic de données mobiles, la performance des réseaux, la gestion de la complexité et l’optimisation de l’expérience utilisateur prennent une dimension de plus en plus importante. Cela conduit à imposer des exigences encore plus grandes sur les réseaux et les solutions de gestion de réseaux et de facturation », souligne Rima Qureshi.

C’est pourquoi, en parallèle du rapport et dans le cadre du TM Forum, Ericsson vient de présenter Expert Analytics, une plate-forme programmable et automatisée, tirant parti du Big Data via l’analyse des données du réseau et de l’expertise OSS/BSS (gestion réseau et facturation) pour aider à la décision et mettre en œuvre l’automatisation d’actions tant dans les domaines du marketing que du service client, des opérations et du réseau. L’équipementier suédois a également annoncé la disponibilité de Cloud Manager 2.0, son service d’orchestration de bout-en-bout du réseau. Disponible à travers l’offre Cloud System ou indépendamment, cette mise à jour majeure entend améliorer l’usage des ressources dans le cadre des réseaux virtualisés.

crédit photo © Alexei Tacu – Shutterstock


Lire également
Ericsson scinde sa division réseau pour favoriser ses offres cloud
Ericsson choisit l’OpenStack de Mirantis pour refondre son Cloud
MWC 2014 : Ericsson éclaire les réseaux mobiles


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur