Les attentats de Madrid font plonger la Bourse

Cloud

Les attentats à Madrid font trembler le monde. Al Quaïda ou ETA ? Pour Wall Street, l’ombre de Ben Laden plane? Le marché boursier américain va-t-il de nouveau sombrer dans la paranoïa ?

A l’ouverture jeudi, les places boursières européennes se sont effondrées à la suite de la clôture de la Bourse de New York. Et le mouvement s’est ensuite amplifié après les attentats terroristes à Madrid.

Tant que ces attentats étaient attribués à l’ETA, ils n’ont pesé que sur la vieille Europe, et rassuré Wall Street qui s’est même redressée à mi séance. Mais la piste d’Al Quaïda est aussi évoquée, voir revendiquée, et la Bourse américaine retrouve ses vieux démons paranoïaques. Dans l’incertitude, l’onde de choc des attentats risque de continuer de se propager, d’autant que certains indices pourraient militer pour la thèse du terrorisme d’Al Quaïda : une revendication, des documents en arabe à côté de détonateurs dans une camionnette, 11 mars et 11 bombes en référence au 11 septembre, et le pays européen qui s’est rangé aux côtés des USA pour faire la guerre en Irak. La Bourse de Paris s’est effondrée, à l’image de ses homologues européennes. Le CAC40 chute de 2,97% à 3.646,43 points. Wall Street cède à la paranoïa terroriste, le Dow Jones perd 1,64% à 10.128,38 points, et le Nasdaq 1,03% à 1.943,89 points. L’actualité macroéconomique a été relayée au second plan. Aux Etats-Unis, les ventes au détail ont progressé de 0,6% en février, et les demandes hebdomadaires d’allocations chômage se sont réduites à 341.000, conformément aux attentes. Les valeurs technologiques ont particulièrement souffert du recul du Nasdaq. Alcatel abandonne 6%, Vivendi Universal 4,8%, Thomson 4,6% et STMicroelectronics 4,3%. Les résultats du troisième trimestre fiscal d’Oracle sont conformes aux attentes. Le bénéfice net comparé à l’exercice précédant progresse de 11,2% à 635 millions de dollars et le chiffre d’affaires de 9% à 2,51 milliards de dollars. Encourageant : les ventes de nouvelles licences de logiciels ont progressé de 12%, tandis que les renouvellements de licences progressent de 17%. Par contre le secteur des services recule de 11%. Alstom plonge, après l’avertissement sur ses résultats 2003/2004, le titre toujours très volatil a perdu 12,73% mercredi et 14,06% ce jeudi. Alstom est la lanterne rouge de la Bourse de Paris.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur