Les avantages du datacenter modulaire et en container

DatacentersRégulations

Le dernier rapport de The Green Grid fait l’apologie des datacenters modulaires et préfabriqués.

Les productions du consortium The Green Grid, qui rassemble des entreprises et des organismes gouvernementaux et universitaires, sont des guides appréciés pour la promotion de l’efficacité des datacenters. Sa dernière parution, un livre blanc intitulé « Deploying and Using Containerized/Modular Data Centre Facilities », fait le point les centres de données préconçus et préfabriqués. Les auteurs du rapport sont Christopher Kelley de Cisco Systems et Jud Cooley d’Oracle, avec des contributions de Ron Bednar d’Emerson, Buster Long de Cisco Systems, et Suzen Shaw de Microsoft.

Dans un CMDF (containerized/modular data center facility), les composants sont préfabriqués et soit assemblés sur place, soit intégrés dans des containers livrés quasi prêts à fonctionner. La conception en « blocks » facilite l’assemblage des composants qui sont acceptés par le client et son opérateur, et reporte une bonne part des problématique de sa conception chez le constructeur. De plus, l’effet d’escalier induit par la conception d’un datacenter traditionnel – financement, conception, fabrication, progression des ressources, limites d’usage, financement… – est sensiblement réduit avec un CMDF, avec certes plus d’étapes mais avec des composants plus réduits donc plus modulaires. Les marche sont donc moins hautes à franchir !

Datacenter préconçu et modulaire

Les structures de datacenter préconçues dans une approche industrielle présentent plusieurs avantages : développées en amont de leur déploiement, elles concentrent les savoirs faire de fabricants qui ont fait leur preuve, et évitent les adaptations personnalisées souvent à l’origine de vices structurels. Tout en restant modulaire – l’entreprise peut adapter la solution à ses attentes – un tel datacenter présente une forte densité pour une consommation énergétique optimisée. Il se révèle rapide à déployer tout en occupant une place plus réduite qu’un datacenter traditionnel, et plus facile à administrer.

Un chapitre important de l’étude est consacré à l’approche financière du CMDF. Pour ses auteurs, l’investissement initial en capital est moindre, en particulier grâce à la haute densité tant de l’équipement que de l’espace nécessaire. Le CMDF est également censé bénéficier d’un optimisation de son efficacité énergétique, avec le rapprochement physique de la climatisation et la concentration des zones chaudes. Il est plus économique puisque les charges liées à la personnalisation sont évitées ; il affiche également un coût opérationnel mieux maîtrisé et un rythme de dépréciation moins élevé. Le datacenter préfabriqué et modulaire affiche un time-to-market exceptionnel, avec un coût de conception et un ratio de risque réduit. Enfin les opérations de maintenance et de remplacement sont optimisées sur les architectures modulaires.

The Green Grid décrit bien évidement assez largement les avantages environnementaux du CMDF. Chaque composant de la solution bénéficie dès sa conception de l’optimisation de ses processus énergétiques et de refroidissement. Un PUE (power usage effectiveness) peut même être calculé individuellement. D’autres considérations sont prises en compte par l’étude, comme l’implantation, le transport, la sécurité, l’écologie…

Pour Mark Monroe, directeur exécutif de The Green Grid, « Le centre de données modulaire connaît un succès croissant, car il offre une alternative plus rentable et peut être équipé de technologies à plus haute densité qui favorisent davantage les économies d’énergie tout en réduisant les coûts et l’espace nécessaire. »


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur