Pour gérer vos consentements :

Les baies flash de Dell accueille la technologie TLC

En pleine consolidation de ses offres de stockage, Dell a profité du début de l’été pour dévoiler sa stratégie de baies flash. A l’heure où les concurrents dégainent des solutions capacitaires et utilisent des technologies grand public pour abaisser le coût de équipements, le constructeur Texan innove en rajoutant un tier à ses systèmes de stockage Compellent. Dès son lancement dans l’aventure des baies full flash, Dell avait pris le parti de mixer deux technologies de mémoire flash : SLC (Single Level Cell ) plutôt adapté pour l’écriture intensive et MLC (Multi Level Cell) pour la lecture intensive. Un choix gagnant pour aboutir au meilleur ratio prix/performance.

Aujourd’hui, Dell rajoute donc la technologie TLC (Triple Level Cell) que le constructeur a décidé de baptiser Mainstream Read Intensive. Elle s’appuie sur les composants 3D Nand de Samsung et le constructeur américain est le premier à l’intégrer dans ses baies flash. « La TLC permet de remplacer la MLC et son adoption est motivée par des questions de coûts », explique Eric Velfre, directeur du business Enterprise Solutions. Pour preuve, Dell annonce un prix au Go (non compressé) de 1,66 dollars. Il décline les capacités pour ses SSD TLC en 3,8 To, 1,9 To et 960 et 480 Go. A noter que les SSD sont garantis à vie.

Un prix d’entrée à 15 000 euros

Cette technologie prend donc sa place dans les baies de séries SC qui se segmente en 3 systèmes, SC8000, SC4020 et SCv2000. La première dédiée au capacitaire pourra embarquer jusqu’à 3 Po de données. Le SC 4020 est un système 2U pouvant contenir 90 To avec 24 SSD. Les utilisateurs pourront combiner les différentes technologies flash, ainsi que des disques durs SATA pour obtenir des baies hybrides. « A travers les baies Compellent, un client peut avoir plusieurs tiers en fonction de son environnement, le stockage froid pour les disques durs, le tier 1 pour des applications gourmandes en écriture s’appuiera sur du SLC et le tier 2 MLC ou TLC pour des performances en IOPS et tolérance aux pannes », explique Eric Velfre. Côté logiciel, la compression se fait au niveau des snapshots précise le responsable et la déduplication devrait apparaître au début de l’année prochaine.

Sur le plan tarifaire, Dell annonce un prix de départ de 15 K€ pour la SCV2000, 20 à 25 K€ pour la SC4000 et entre 60 et 100 K€ pour la SC8000. « Nous nous orientons ces offres vers les grosses et moyennes entreprises, les ETI », admet Eric Velfre. Interrogé sur la compatibilité des anciens systèmes avec les prochains SSD TLC, il joue la diplomatie, « nos logiciels les supportent

A lire aussi :

Anwar Dahab prend les rênes de Dell France
Stockage : Dell rend ses baies flash plus abordables

Recent Posts

Quels standards pour la cryptographie post-quantique ?

À l'issue d'une procédure de six ans, le NIST a sélectionné quatre algorithmes à standardiser…

1 heure ago

DMA, DSA : une régulation à la hauteur des « Big Tech » ?

Le Parlement européen a définitivement adopté le DMA et le DSA ce 5 juillet. Des…

6 heures ago

DevSecOps : Snyk plie mais ne rompt pas

Snyk rejoint la liste de licornes de la cybersécurité qui réduisent leurs effectifs pour affronter…

22 heures ago

Scribe : les enseignements à tirer de l’échec de ce projet d’État

Un seul logiciel pour la rédaction des procédures entre police et gendarmerie. C'était l'objectif du…

23 heures ago

HackerOne : quand un initié détourne le bug bounty

Un employé de HackerOne aurait exploité à des fins personnelles des rapports de sécurité soumis…

1 jour ago

Jean-Noël Barrot, nouveau ministre délégué chargé du numérique

Jean-Noël Barrot est nommé ministre délégué chargé de la Transition numérique et des Télécommunications du…

2 jours ago