Les clics frauduleux progressent chez Yahoo et Google

Régulations

Le modèle économique du “pay per click” est certainement l’un des plus juteux jamais crée. Mais sait-on vraiment qui clique ?

Les efforts des garnements de la toile pour profiter de l’arnaque dite de la fraude au clic se poursuivent.

Preuve en est, les chiffres d’une étude de Forensics montre que le phénomène progresse chez les mastodontes de la recherche en ligne, Yahoo et Google. Et cela, malgré les efforts de ces derniers pour contrer le phénomène. La fraude au clic est relativement simple à comprendre, mais plus complexe à mettre en place. Elle doit permettre à son auteur de générer automatiquement des clics illégitimes sur des publicités en ligne afin de générer des revenus. Généralement, l’on considère que ces clics peuvent avoir plusieurs sources : la concurrence qui peut souhaiter voir un groupe s’embourber dans des budgets marketing intenables, ou bien par les annonceurs qui veulent voir leurs publicités aux meilleures places du classement des moteurs de recherche. Selon le document publié par le service en charge de la fraude au clic de Forensics ; Click Forensics, pour les moteurs de recherche Google et Yahoo la fraude a progressé de 12,1% au premier trimestre de l’année et de 12,8% au second. Pour les termes les plus coûteux, ceux qui génèrent des clics de 2 dollars minimum, et qui représentent la majorité des dépenses d’un annonceur, le taux de fraude au clic est de 20,2%, un chiffre très inquiétant qui devrait faire réfléchir les groupes cherchant à s’afficher à prix d’or sur le Net. L’étude a été menée auprès de 1.300 annonceurs et agences. La moyenne de la fraude au clic pour l’ensemble des industries présentes sur le Web est de 14,1% au second trimestre. Le plus haut niveau de fraude est en Amérique du Nord avec plus 88% des clics frauduleux.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur