Les clients de la Michigan First Credit Union boudent la caissière

Cloud

Quand les Français se rendent à leur agence bancaire au coin de la rue, aux Etats-Unis, les clients de la Michigan First Credit Union privilégient le guichet automatique

Alors que les Français continuent à être attachés à leur agence bancaire de quartier, une banque américaine, la Michigan First Credit Union, se dote de guichets automatiques où les clients peuvent effectuer les opérations courantes. Pour ce, elle a sélectionné IBM, explique Bank Systems & Technology , ce 19 septembre.

DAB amélioré

S’ils ressemblent fortement aux distributeurs automatiques de billets basiques, les Michigan First’s MoneyWorks Banking Centers (MWBC) proposent beaucoup plus de fonctionnalités, explique le magazine. En effet, IBM a adapté la technologie existante en s’associant à Wincor Nixdorf, spécialiste des services sur les points de vente.

Les machines permettent donc, entre autres, d’effectuer des payements, de transférer des fonds, d’ imprimer des états de son compte , ou encore de déposer de l’argent, qu’il s’agisse de chèques, de billets ou même de pièces de monnaie.

Ceux qui ne sont pas clients de la banque, accèdent, eux, aux fonctionnalités classiques de retrait de liquide.

39.441,42 euros pièce

L’enjeu de l’opération : permettre aux clients d’effectuer leurs opérations plus rapidement qu’au guichet. ” Nous cherchions un moyen pour automatiser nos transactions les plus courantes, qui sache gérer les opérations avec les billets et les pièces” explique Michael D. Poulos, p-dg de la banque.

Et cette dernière investit donc 50 000 dollars (39.441,42 euros) par machine. C’est environ le double qu’un distributeur automatique de billets simple, explique le magazine. Mais l’investissement serait rapidement rentabilisé, d’après le p-dg de la banque.

Speed banque

Pour ce dernier, en effet, les utilisateurs préfèrent même cette solution au caissier. Peut-être à cause du temps de la transaction. Celle ci ne prend que trois minutes en moyenne au distributeur, contre 7 à 10 en face à face, d’après les informations communiquées par l’établissement.

Globalement, tout le monde serait donc gagnant, se félicite Michael D. Poulos, qui tire un bilan positif d’une politique menée depuis deux ans. Les guichets automatiques effectuent déjà 25 000 transactions par mois. Et le retour des 73000 clients dans la zone de Detroit est positif, puisqu’ils gagnent du temps. La banque, elle, fait des économies en personnel.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur