Les débrayages ont été très suivis chez Tiscali France

Régulations

Les salariés étaient appelés à un débrayage de deux heures jeudi pour dénoncer le “flou” entretenu selon eux par la direction sur les rumeurs de cession de la société

C’est en masse que les 380 salariés de Tiscali France ont répondu à l’appel à la grève d’une intersyndicale.

“La grève a été très bien suivie”, a affirmé, à l’AFP, Stanley Marie-Nöel, délégué CFTC chez Tiscali, précisant que les salariés étaient appelés à un débrayage de deux heures (14h00-16h00) jeudi après-midi à l’appel de l’intersyndicale CFTC, CFDT, CFE-CGC et FO. Selon lui, la grève a été suivie à 50% sur le site de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), 50% à Paris, 90% à Vitry (Val-de-Marne), 70% au centre d’appel de Bordeaux et 60% à Marseille. Les syndicats avaient appelé à cette grève pour dénoncer le “flou” entretenu selon eux par la direction sur les rumeurs de cession de la société, qui soulève une “vive inquiétude” chez les salariés, a expliqué le délégué CFTC. “Nous avons rencontré ce matin la direction: elle s’est contentée de nous dire: ‘La France n’est pas à vendre’ : cela ne nous rassure pas du tout”, a-t-il commenté. “Tout le monde sait qu’un dossier de cession circule chez les acheteurs potentiels et que des offres sont faites. Les élus du comité d’entreprise ont eu entre les mains un document de la banque Rotschild destinée à ces acheteurs”, a-t-il ajouté. Les syndicats demandent ainsi à la direction des “garanties sociales”, scellées par écrit, avant toute décision,“au cas où il y aurait un plan social, ce qui permettrait de rassurer les salariés et d’avoir la paix sociale,” a-t-il conclu. Rappel des faits. Début janvier, Tiscali, en plein plan de restructuration, avait indiqué que plusieurs opérateurs télécom avaient fait part de leur intérêt pour Tiscali France, tout en affirmant vouloir rester sur le marché français qualifié de “stratégique”. Le 21 janvier, on apprenait qu’une dizaine d’offres auraient été déposées pour la reprise du FAI. En effet, le fournisseur d’accès aurait fait parvenir à plusieurs acteurs du marché un dossier pour soumettre une offre sur le rachat de sa filiale. Figureraient parmi les acheteurs approchés : 9 Telecom, Iliad (Free), Deutsche Telekom (Club Internet), Telecom Italia et même Bouygues Telecom. Tiscali devra faire face à une échéance importante à la mi 2005: le remboursement de 250 millions d’euros d’obligations. Le FAI reconstruit depuis quelques mois sa trésorerie en procédant à la vente de ses filiales non stratégiques (Suède, Afrique du Sud…), tout en affirmant qu’il souhaite se concentrer sur ses marchés de base, dont la France.


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur