Les États-Unis en tête des demandes d’information sur Twitter… devant la Turquie

CollaborationJuridiqueLogicielsRégulationsSurveillance

La Turquie et la Russie ont augmenté leurs demandes de retraits et d’informations envoyées à Twitter. Le réseau social tente de résister à cette vague de fond.

Le réseau social Twitter indique avoir relevé une hausse sensible des requêtes issues des gouvernements. Il s’agit ici soit de demandes de renseignement sur le compte d’un utilisateur Twitter, soit de demandes de retrait de tweets jugés illicites.

Les statistiques du second semestre 2014 font apparaître une hausse importante des demandes de la part de la Turquie : 477 requêtes pour retirer du contenu et 356 demandes d’information sur les utilisateurs. Le pays devient ainsi le second au monde en volume de demandes.

Il est devancé par les États-Unis. Ces derniers sont moins habitués à demander des retraits de tweets, mais usent et abusent des demandes de renseignement concernant des comptes utilisateurs : 1 622 requêtes pour le second semestre 2014, soit une hausse de 29 %.

Toutes les républiques ne sont pas égales, juge Twitter

Si les demandes de renseignement en provenance du gouvernement américain sont en général honorées (cela a été le cas dans 80 % des cas), Twitter indique qu’il n’a donné aucune suite aux 356 provenant de Turquie ou aux 108 venant de Russie.

Les troubles qui secouent les deux pays peuvent expliquer en partie cette différence de traitement. Il demeure cependant curieux que Twitter définisse lui-même ce qu’est ou n’est pas un régime jugé ‘acceptable’. Il convient toutefois de préciser que la Russie comme la Turquie ont récemment adopté des textes renforçant le contrôle des médias et la censure, en les étendant pour l’occasion aux réseaux sociaux.

Lors du Forum International de la Cybersécurité (FIC), qui se tenait à Lille en janvier, Bernard Cazeneuve, le ministre de l’Intérieur, a appelé les grands opérateurs de réseaux sociaux comme Facebook et Twitter à développer des mécanismes de régulation permettant de retirer rapidement les propos appelant à la haine. « Il faut que se développe une éthique de responsabilité dans les espaces de liberté », a expliqué le ministre.

À lire aussi :
Le chiffre d’affaires de Twitter grimpe de 97 % sur Q4 2014
Le spécialiste du marketing mobile ZipDial rejoint Twitter
Accès aux données Cloud hors US : Microsoft résiste aux injonctions de la justice

Crédit photo : © Denys Prykhodov – Shutterstock

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur