Les Etats-Unis, le Japon et la Corée premiers sur la 4G

4GFibreMobilitéRéseaux

Alors qu’en matière de très haut débit mobile et fixe l’Europe accuse un retard certain face aux Etats-Unis et l’Asie, la France arrive 6e à l’échelle mondiale en 4G.

« Les abonnements 4G ont triplé en 2013 dans le monde », indiquait hier mercredi 9 juillet,Valérie Chaillou de l’Idate dans le cadre des 8e Assises du très haut débit soulignant ainsi la montée en puissance du déploiement et l’usage des réseaux LTE. Cette « croissance considérable » se reflète dans une dizaine de pays qui concentrent 190 millions d’abonnés.

Valérie Chaillou, consultante Practice Très Haut Débit pour l'Idate.
Valérie Chaillou, consultante Practice pour l’Idate aux 8e Assises du très haut débit.

Les États-Unis, le Japon et la Corée s’inscrivent sur le haut du podium des abonnements 4G avec respectivement 104,7, 32,7 et 28,5 millions de clients fin 2013. Si près de 31% des utilisateurs mobiles ont souscrit à la 4G aux Etats-Unis, ils sont plus de la moitié (52%) en Corée du Sud alors que le Japon n’a séduit « que » 23% de sa base mobile.

3 millions d’abonnés LTE en France

« L’avance des États-Unis s’explique l’investissement significatif avec un capex par habitant deux fois plus important [que le reste du marché], justifie Valérie Chaillou. L’Asie a connu une logique industrielle forte avec une couverture totale en un an. Le retard de l’Europe s’explique essentiellement par le retard de l’attribution des licences et de la disponibilité de la bande des 800 MHz (issue de la télévision analogique, NDLR). »

Avec 3 millions d’abonnés 4G (soit 3,9% de la base mobile), la France s’inscrivait en 6e position mondiale fin 2013 derrière l’Allemagne (5,4 millions et 4,7% de la base) et l’Australie (6,9 millions, 22,3%). Mais devant la Suède (2,9 millions mais dont la population est plus réduite alors que 19,5% de la base est concernée) et, surtout, devant le Royaume-Uni (2,7 million, 3,1%) au marché à peu près comparable et qui a pourtant commencé le déploiement de ses infrastructures LTE avant sa voisine d’outre Manche. En d’autres termes, la France n’a pas à rougir de son taux d’adoption de la 4G d’autant dynamisé sous la pression concurrentielle et le déploiement des infrastructures à marche forcée (malgré quelques couac).

Trois technologies fixes THD

Si le LTE (et dans une moindre mesure encore le LTE-A) constitue la seule technologie du très haut débit mobile, il en va différemment du fixe dont les débits sont considérés comme très haut à partir de 30 Mbit/s. Pas moins de trois technologies répondent ainsi à ce critères : les connexions VDSL (un ADSL amélioré), le FTTH/B (fibre à domicile ou en pied d’immeuble) et le FTTx/Docsis 3.0 (technologie propre aux réseaux câblés également proposée en FTTLA). Dans ce cadre, la fibre représente 60% des plus de 200 millions d’abonnés THD fixes dans le monde tandis que le câble regroupe 29% des utilisateurs et le VDSL les 11% restant.

L’Asie-Pacifique est en pointe du FTTH/B qui profite à 97% de ses 89 millions d’abonnés THD, les 3% restants se concentrant sur l’offre câble. Presque l’inverse du paysage nord-américain où le Docsis 3.0 relie 65% des 64,3 millions de foyers THD. La fibre à domicile relie à peine 15% des abonnés, derrière le VDSL (20%). Pour sa part, l’Europe a recours au VDSL (à hauteur de 19% de ses près de 41 millions d’abonnés), au FTTH/B (49%) et au câble (32%).

La Russie s’impose en Europe sur la fibre

Sur le continent européen, la Russie s’impose dans le THD fixe avec près de 9 millions d’abonnés qui plus est intégralement en fibre optique à domicile, devant le Royaume-Uni (5,22 millions dont 59% câblés et 40% en VDSL), l’Espagne (3,46 millions, 68% câblés) et l’Allemagne (3,14 millions mais pour plus de 51% en VDSL). La France se classe en 5e position avec plus de 2 millions d’abonnés. 64% d’entre eux le sont en FTTH/B. L’Idate intègre de fait les offres à plus de 100 Mbit/s proposées par Numericable. Son offre FTTx/Docsis touche 34% des souscripteurs alors que le VDSL2 ne profite qu’à 2% des foyers THD.

Si la France est passée devant la Suède (17 millions d’abonnées), elle affiche un taux de foyers raccordables au THD de 20%, inférieur à la moyenne européenne (22%) et plus encore des 40% de son voisin (éloigné) scandinave. La course au THD ne fait que commencer et devrait connaître une progression rapide au cours des 5 prochaines années. Le taux de pénétration de la fibre (FTTH/B) devrait ainsi passer de 33% en 2013 à 40% en 2018 et ses abonnés composeront 29% du marché HD (contre 17% en 2013). L’infrastructure fibre bénéficiera aussi des besoins en très haut débit du mobile pour accélérer ses déploiements. « Le LTE sera demain l’un des premiers clients de la fibre », souligne Valérie Chaillou.

La Chine est devenue numéro 1 en nombre d'abonnés fixe sur la fibre en 2013.
La Chine est devenue numéro 1 en nombre d’abonnés fixe sur la fibre en 2013 (source Idate).

Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur