Les FAI britanniques veulent fermer les sites qui spamment

Sécurité

Le London Internet Exchange veut modifier la loi et les pratiques afin de donner mandat aux fournisseurs d’accès britanniques pour fermer les sites d’e-commerce qui font l’objet de promotions par le spam

La Bourse en ligne de Londres, le

London Internet Exchange (LINX), a voté pour une modification des pratiques visant à autoriser et à mandater les fournisseurs d’accès pour fermer les sites Web promus à l’aide du spam. Les spammers sont visés, bien évidemment, au travers de leurs réseaux de distributions, c’est-à-dire des sites Web qui profitent du spam et rémunèrent d’une manière ou d’une autre les spammers. Les messages spammés expédiés via des tiers ou d’autres réseaux seraient aussi concernés. Les autorités boursières sont directement concernées par le spam, ainsi que par la pratique du phishing (lire nos articles). Elles entendent aussi s’attaquer aux sites Web qui favorisent ces pratiques, et par exemple obtenir des fournisseurs d’accès la fermeture des sites qui vendent des CD-Rom composés de millions d’adresses collectées illégalement. Les FAI (fournisseurs d’accès Internet) qui relèvent du LINX représentent 90% du trafic Internet en Grande-Bretagne. Mais l’efficacité de la mesure reste douteuse, la majorité du spam, tout comme les sites qui en profitent, sont hébergés hors du territoire britannique, et moins de 20% du spam est originaire de l’Europe (50% provient des Etats-Unis). Il est à souhaiter, par contre, que l’initiative britannique soit relayée dans le monde, et que de nombreux pays s’en inspirent pour compléter la panoplie des outils de lutte contre le spam. Mais aussi que les FAI maîtrisent leur mandat et leurs outils pour limiter le risque de dommages collatéraux, comme la fermeture de sites aux pratiques légales?


Lire la biographie de l´auteur  Masquer la biographie de l´auteur